Il s'agit de dix chars Pionnier et poseurs de ponts et de 40% des Piranha et Pandur. Au total, quelque 112 véhicules militaires - principalement utilisés pour des opérations dans des zones de conflit - sont concernés.

C'est au cours d'une vérification de routine qu'il a été constaté que le système d'extinction automatique de ces véhicules ne répondait plus aux normes exigées. Il existe un risque que le système ne soit pas activé ou qu'il soit activé avec un certain retard si nécessaire. Pour ne pas prendre de risques inutiles, la Défense a donc pris la décision de mettre temporairement hors service certains de ses véhicules opérationnels.

Le système d'extinction automatique de ces véhicules fonctionne avec des cartouches. "Une commande a été passée au mois de janvier pour renouveler le stock qui arrive à expiration en 2021" a indiqué une porte-parole de la Défense, Sophie Laurent. Mais, lors du contrôle de routine, il est apparu que certaines cartouches devaient être remplacées plus tôt que prévu. "Nous devons donc passer une commande urgente. Dès que le matériel nous sera livré, nous procéderons au remplacement de ces cartouches et les véhicules seront à nouveau opérationnels".