Le traité, préconisant une interdiction totale du développement, du stockage et de la menace d'utilisation d'armes nucléaires, ne s'appliquera qu'aux Etats signataires. Ses partisans espèrent qu'il accentuera la pression sur les Etats nucléaires - Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, Chine, France, Inde, Pakistan, Corée du Nord et Israël - pour qu'ils prennent le désarmement plus au sérieux. Ce traité sur l'interdiction des armes nucléaires a été adopté le 7 juillet dernier aux Nations unies par 122 votes pour, une voix contre - celle des Pays-Bas, membre de l'Otan - et une abstention. Ni les neuf pays détenteurs de l'arme nucléaire (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, Chine, France, Inde, Pakistan, Corée du Nord et Israël), ni par le Japon et l'Australie, ni les pays de l'Otan (sauf les Pays-Bas) n'ont pris part au vote. Ces pays n'avaient d'ailleurs pas pris part, à l'exception des Pays-Bas, à son élaboration. La Coalition belge contre les armes nucléaires a déploré dans un communiqué l'attitude belge sur ce dossier. Elle appelle le pays à revoir sa position en signant le texte, mais aussi à renvoyer les armes nucléaires américaines abritées à la base militaire de Kleine-Brogel (province du Limbourg). Elle demande également à la Belgique de ne pas équiper ses futurs potentiels avions de chasse de la capacité nucléaire. (Belga)

Le traité, préconisant une interdiction totale du développement, du stockage et de la menace d'utilisation d'armes nucléaires, ne s'appliquera qu'aux Etats signataires. Ses partisans espèrent qu'il accentuera la pression sur les Etats nucléaires - Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, Chine, France, Inde, Pakistan, Corée du Nord et Israël - pour qu'ils prennent le désarmement plus au sérieux. Ce traité sur l'interdiction des armes nucléaires a été adopté le 7 juillet dernier aux Nations unies par 122 votes pour, une voix contre - celle des Pays-Bas, membre de l'Otan - et une abstention. Ni les neuf pays détenteurs de l'arme nucléaire (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, Chine, France, Inde, Pakistan, Corée du Nord et Israël), ni par le Japon et l'Australie, ni les pays de l'Otan (sauf les Pays-Bas) n'ont pris part au vote. Ces pays n'avaient d'ailleurs pas pris part, à l'exception des Pays-Bas, à son élaboration. La Coalition belge contre les armes nucléaires a déploré dans un communiqué l'attitude belge sur ce dossier. Elle appelle le pays à revoir sa position en signant le texte, mais aussi à renvoyer les armes nucléaires américaines abritées à la base militaire de Kleine-Brogel (province du Limbourg). Elle demande également à la Belgique de ne pas équiper ses futurs potentiels avions de chasse de la capacité nucléaire. (Belga)