A l'initiative de l'Union wallonne des Entreprises (UWE) et de la fédération sectorielle Agoria, ils publient ce jeudi une carte blanche dans L'Echo. Ils y réclament notamment une révision des normes d'émission et un alignement sur les recommandations internationales. Ils demandent aussi à la Région "de soutenir les innovations et les solutions numériques où tous les acteurs de l'écosystème économique régional pourront mettre au point et tester des applications exploitant la 5G". "La Wallonie doit être un acteur volontaire et ambitieux plutôt qu'une région en situation de dépendance structurelle vis-à-vis de régions plus audacieuses qu'elle", écrivent-ils notamment en rappelant que la 5G pourrait représenter, selon une étude de la Commission européenne, 3 milliards de revenus additionnels par an pour la Belgique et plus de 36.000 emplois directs et indirects. "Vingt-quatre pays européens ont commencé à lancer les premières offres commerciales en la matière. Dans ce contexte de mise en marche générale, que fait la Wallonie ? Elle hésite. Pourtant, l'enjeu est de taille pour notre petite économie wallonne, ouverte sur le monde", regrettent encore les patrons. Pour eux, la 5G "ce sont des applications très concrètes à court terme, qui vont accélérer les pratiques de production de l'industrie. C'est aussi un élément clé du maintien et de l'amélioration de la qualité de services pour les citoyens ainsi qu'une des technologies qui permettra de répondre à l'enjeu climatique". "La 5G est en marche. Il revient maintenant à la Wallonie de prendre son destin en main et de définir quel rôle elle entend faire jouer à son économie dans le monde de demain", concluent les signataires. (Belga)

A l'initiative de l'Union wallonne des Entreprises (UWE) et de la fédération sectorielle Agoria, ils publient ce jeudi une carte blanche dans L'Echo. Ils y réclament notamment une révision des normes d'émission et un alignement sur les recommandations internationales. Ils demandent aussi à la Région "de soutenir les innovations et les solutions numériques où tous les acteurs de l'écosystème économique régional pourront mettre au point et tester des applications exploitant la 5G". "La Wallonie doit être un acteur volontaire et ambitieux plutôt qu'une région en situation de dépendance structurelle vis-à-vis de régions plus audacieuses qu'elle", écrivent-ils notamment en rappelant que la 5G pourrait représenter, selon une étude de la Commission européenne, 3 milliards de revenus additionnels par an pour la Belgique et plus de 36.000 emplois directs et indirects. "Vingt-quatre pays européens ont commencé à lancer les premières offres commerciales en la matière. Dans ce contexte de mise en marche générale, que fait la Wallonie ? Elle hésite. Pourtant, l'enjeu est de taille pour notre petite économie wallonne, ouverte sur le monde", regrettent encore les patrons. Pour eux, la 5G "ce sont des applications très concrètes à court terme, qui vont accélérer les pratiques de production de l'industrie. C'est aussi un élément clé du maintien et de l'amélioration de la qualité de services pour les citoyens ainsi qu'une des technologies qui permettra de répondre à l'enjeu climatique". "La 5G est en marche. Il revient maintenant à la Wallonie de prendre son destin en main et de définir quel rôle elle entend faire jouer à son économie dans le monde de demain", concluent les signataires. (Belga)