Cuisines à l'infrastructure dépassée, personnel mal formé et nourriture mal conservée, tels sont les infractions les plus courantes relevées par les inspecteurs.Le nombre de contrôles a été particulièrement élevé l'an dernier, avec 1.200 contrôles contre une moyenne normale de 300 contrôles les autres années. "A peine 4% des écoles ont reçu un avis favorable lors du premier contrôle. Pour une école sur trois, l'avis était défavorable", commente Lieve Busschots, de l'Afsca. Il y a 5 ans, une école sur cinq était pointée du doigt. "Les contrôles de l'Agence sont depuis plus sévères", explique le secrétariat flamand pour l'enseignement catholique (Vlaams secretariaat voor het Katholiek Onderwijs - VSKO). "De nombreuses écoles ne disposent pas du personnel et de l'infrastructure nécessaires et se tournent vers une entreprise de catering pour effectuer cette mission."

Avec Belga

Cuisines à l'infrastructure dépassée, personnel mal formé et nourriture mal conservée, tels sont les infractions les plus courantes relevées par les inspecteurs.Le nombre de contrôles a été particulièrement élevé l'an dernier, avec 1.200 contrôles contre une moyenne normale de 300 contrôles les autres années. "A peine 4% des écoles ont reçu un avis favorable lors du premier contrôle. Pour une école sur trois, l'avis était défavorable", commente Lieve Busschots, de l'Afsca. Il y a 5 ans, une école sur cinq était pointée du doigt. "Les contrôles de l'Agence sont depuis plus sévères", explique le secrétariat flamand pour l'enseignement catholique (Vlaams secretariaat voor het Katholiek Onderwijs - VSKO). "De nombreuses écoles ne disposent pas du personnel et de l'infrastructure nécessaires et se tournent vers une entreprise de catering pour effectuer cette mission." Avec Belga