M. Moerman a été invité à plusieurs reprises en Azerbaïdjan, où, dans ses fonctions de haut magistrat belge, il a pris des positions en faveur du régime autoritaire. Ses vols et ses coûts de séjour étaient payés par l'asbl bruxelloise, l'Office de Communication d'Azerbaïdjan (OCAZ), fondée par les libéraux Stef Goris et Alain Destexhe et qui mène des activités de lobbyisme au profit du gouvernement de Bakou. Moerman a également joué un rôle de consultant pour le livre d'un homme politique azéri qui s'avère être la figure centrale dans les affaires d'argent sale dans lesquelles sont impliqués un certain nombre d'hommes politiques européens, indique L'Echo. (Belga)

M. Moerman a été invité à plusieurs reprises en Azerbaïdjan, où, dans ses fonctions de haut magistrat belge, il a pris des positions en faveur du régime autoritaire. Ses vols et ses coûts de séjour étaient payés par l'asbl bruxelloise, l'Office de Communication d'Azerbaïdjan (OCAZ), fondée par les libéraux Stef Goris et Alain Destexhe et qui mène des activités de lobbyisme au profit du gouvernement de Bakou. Moerman a également joué un rôle de consultant pour le livre d'un homme politique azéri qui s'avère être la figure centrale dans les affaires d'argent sale dans lesquelles sont impliqués un certain nombre d'hommes politiques européens, indique L'Echo. (Belga)