"La résistance considère une annexion de la Cisjordanie et de la vallée du Jourdain comme une déclaration de guerre contre notre peuple et nous ferons en sorte que l'ennemi s'en morde les doigts (...)", a dit le porte-parole des Brigades Ezzedine al-Qassam, Abou Obaida. Il a fait ces déclarations dans une allocution télévisée à la chaîne du Hamas, Al-Aqsa, à l'occasion du 14e anniversaire de la capture du soldat israélien Gilad Shalit, libéré cinq ans plus tard, en 2011, en échange d'environ un millier de prisonniers palestiniens. Elles interviennent dans un climat de craintes à l'approche d'une décision attendue du gouvernement israélien sur la mise en ?uvre du plan américain pour le Proche-Orient. Celui-ci prévoit l'annexion par Israël de la vallée du Jourdain et des colonies en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l'armée israélienne, ainsi que la création d'un État palestinien sur un territoire réduit. Les leaders palestiniens, du Fatah laïc au pouvoir en Cisjordanie au Hamas à Gaza, ont fustigé ce plan, aussi dénoncé par l'ONU, les Européens et la Ligue arabe. Ces dernières années, le Hamas et Israël se sont livré trois guerres (2008, 2012, 2014). Malgré une trêve ces derniers mois, les deux camps s'affrontent, à l'occasion, avec des tirs de roquettes depuis Gaza et des frappes de représailles de l'armée israélienne. Cette trêve, favorisée par l'ONU, l'Egypte et le Qatar, prévoit l'acheminent d'une aide à la bande de Gaza, territoire paupérisé de deux millions d'habitants sous blocus israélien. (Belga)

"La résistance considère une annexion de la Cisjordanie et de la vallée du Jourdain comme une déclaration de guerre contre notre peuple et nous ferons en sorte que l'ennemi s'en morde les doigts (...)", a dit le porte-parole des Brigades Ezzedine al-Qassam, Abou Obaida. Il a fait ces déclarations dans une allocution télévisée à la chaîne du Hamas, Al-Aqsa, à l'occasion du 14e anniversaire de la capture du soldat israélien Gilad Shalit, libéré cinq ans plus tard, en 2011, en échange d'environ un millier de prisonniers palestiniens. Elles interviennent dans un climat de craintes à l'approche d'une décision attendue du gouvernement israélien sur la mise en ?uvre du plan américain pour le Proche-Orient. Celui-ci prévoit l'annexion par Israël de la vallée du Jourdain et des colonies en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l'armée israélienne, ainsi que la création d'un État palestinien sur un territoire réduit. Les leaders palestiniens, du Fatah laïc au pouvoir en Cisjordanie au Hamas à Gaza, ont fustigé ce plan, aussi dénoncé par l'ONU, les Européens et la Ligue arabe. Ces dernières années, le Hamas et Israël se sont livré trois guerres (2008, 2012, 2014). Malgré une trêve ces derniers mois, les deux camps s'affrontent, à l'occasion, avec des tirs de roquettes depuis Gaza et des frappes de représailles de l'armée israélienne. Cette trêve, favorisée par l'ONU, l'Egypte et le Qatar, prévoit l'acheminent d'une aide à la bande de Gaza, territoire paupérisé de deux millions d'habitants sous blocus israélien. (Belga)