La plate-forme d'aide "Médecins en difficulté", établie en 2016, a reçu 209 signalements pour violences depuis son lancement. L'Ordre des Médecins a publié, via la revue médicale "Le Spécialiste", le bilan de ces violences. Il en ressort que 111 appels concernaient des agressions verbales, 57 des pressions psychologiques (représailles, intimidations, menaces de mort), 39 des violences physiques et 2 des agressions sexuelles. Des actes verbaux et physiques qui ont bien sûr des conséquences sur la santé du médecin. 82 % des appelants sont des généralistes et 14 % des spécialistes. La majorité (50 %) des faits a lieu dans les locaux de consultation. Arrivent ensuite le domicile du patient (17 %), le téléphone (15 %) et l'hôpital (5 %). Dans un cas sur deux (52%), les agressions ont été commises par un patient connu par le médecin. Selon les chiffres de la police en 2018, il ressort aussi que les médecins ont porté plainte pour 808 vols/extorsions, 90 dégradations de propriété et 52 infractions contre l'intégrité physique. Soit une agression physique toutes les semaines. (Belga)