L'objectif d'une action collective est de rassembler tous les griefs individuels afin de déposer une plainte commune. "Mon téléphone n'arrête pas de sonner. Tous les jours, nous ouvrons de nouveaux dossiers relatifs aux conditions de vie dans les prisons de Forest, Andenne, Saint-Gilles, Nivelles ou Huy", affirme Me Hamels. Le nombre exact de détenus qui prendront part à cette action collective n'est pas encore connu. Au cours des dernières semaines, l'État belge a déjà été condamné à plusieurs reprises à payer des astreintes, allant de 250 à 10.000 euros, aux détenus qui avaient engagé une action judiciaire en raison de la dégradation de leurs conditions de détention. "La différence est que nous ne porterons pas l'affaire devant le tribunal des référés. Cela peut donc durer des semaines, voire des mois avant que la plainte soit déposée", conclut Me Hamels. (Belga)

L'objectif d'une action collective est de rassembler tous les griefs individuels afin de déposer une plainte commune. "Mon téléphone n'arrête pas de sonner. Tous les jours, nous ouvrons de nouveaux dossiers relatifs aux conditions de vie dans les prisons de Forest, Andenne, Saint-Gilles, Nivelles ou Huy", affirme Me Hamels. Le nombre exact de détenus qui prendront part à cette action collective n'est pas encore connu. Au cours des dernières semaines, l'État belge a déjà été condamné à plusieurs reprises à payer des astreintes, allant de 250 à 10.000 euros, aux détenus qui avaient engagé une action judiciaire en raison de la dégradation de leurs conditions de détention. "La différence est que nous ne porterons pas l'affaire devant le tribunal des référés. Cela peut donc durer des semaines, voire des mois avant que la plainte soit déposée", conclut Me Hamels. (Belga)