"Ce texte est voté au nom de la stabilité gouvernementale, mais vous ne me ferez pas dire que ce que contient ce texte m'enthousiasme", a déclaré M. Bouchez sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi). Le vote de ce décret pour un impôt plus juste élaboré par M. Crucke a entraîné la semaine passée le gouvernement wallon et le MR dans une crise interne. Plusieurs députés libéraux ont contesté le dispositif mis en place par leur ministre et qui vise notamment la taxation des véhicules utilitaires et les droits d'enregistrement dus pour les donations. Leur président les a soutenus. "Il faut arrêter de considérer que les parlementaires sont les presse-boutons de textes qui proviennent du gouvernement", a souligné dimanche M. Bouchez, les qualifiant même d'"irréprochables dans ce dossier". La crise a illustré les mauvaises relations entre le président du MR et le ministre wallon des Finances. M. Bouchez n'a pas voulu s'étendre sur le sujet. Il dit avoir fait part à plusieurs reprises, personnellement ou par ses collaborateurs, des problèmes que suscitait le texte. "Etre un ministre, c'est un honneur que l'on tient grâce à sa famille politique. On n'est pas élu ministre, c'est un travail d'équipe avec les parlementaires et son parti. Ce n'est pas une aventure personnelle", a-t-il ajouté. (Belga)

"Ce texte est voté au nom de la stabilité gouvernementale, mais vous ne me ferez pas dire que ce que contient ce texte m'enthousiasme", a déclaré M. Bouchez sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi). Le vote de ce décret pour un impôt plus juste élaboré par M. Crucke a entraîné la semaine passée le gouvernement wallon et le MR dans une crise interne. Plusieurs députés libéraux ont contesté le dispositif mis en place par leur ministre et qui vise notamment la taxation des véhicules utilitaires et les droits d'enregistrement dus pour les donations. Leur président les a soutenus. "Il faut arrêter de considérer que les parlementaires sont les presse-boutons de textes qui proviennent du gouvernement", a souligné dimanche M. Bouchez, les qualifiant même d'"irréprochables dans ce dossier". La crise a illustré les mauvaises relations entre le président du MR et le ministre wallon des Finances. M. Bouchez n'a pas voulu s'étendre sur le sujet. Il dit avoir fait part à plusieurs reprises, personnellement ou par ses collaborateurs, des problèmes que suscitait le texte. "Etre un ministre, c'est un honneur que l'on tient grâce à sa famille politique. On n'est pas élu ministre, c'est un travail d'équipe avec les parlementaires et son parti. Ce n'est pas une aventure personnelle", a-t-il ajouté. (Belga)