Donald Trump a vanté les "magnifiques usines" construites par les fabricants automobiles japonais aux Etats-Unis, dit vouloir "bien s'entendre" avec l'Inde, et évoqué une "fantastique" Angela Merkel. Cela alors qu'il avait étrillé ces derniers jours ces alliés traditionnels, régulièrement accusés de mauvaise volonté en matière de commerce et dépenses militaires. Sur l'Iran, l'un des grands sujets de crispation du moment, Donald Trump s'est aussi voulu apaisant. "Rien ne presse, nous avons le temps" de résoudre les tensions, a-t-il dit, lui qui parlait encore il y a peu de "guerre" contre les Iraniens. Avant la traditionnelle photo de famille du G20, il est arrivé en grande conversation avec le Russe Vladimir Poutine, qui cherche à calmer le jeu en Iran, et lui a tapoté le dos. Puis Donald Trump a eu un échange cordial avec le prince héritier Mohammed Ben Salmane, partisan au contraire de la stratégie américaine de pression sur Téhéran. Donald Trump a aussi posé tout sourire et pouce levé avec l'un de ses grands partisans, le président Jair Bolsonaro, qui s'est empressé de diffuser la photo sur Twitter. Sur le sujet le plus brûlant de ce G20, les tensions commerciales avec la Chine, Donald Trump a dit vendredi s'attendre à une rencontre "productive" samedi avec son homologue chinois Xi Jinping. Lors de ce véritable sommet dans le sommet, les deux dirigeants tenteront d'enrayer l'escalade commerciale et technologique entre leurs pays, qui met en péril la croissance mondiale. Par ailleurs, Vladimir Poutine a invité vendredi Donald Trump à se rendre en Russie en mai 2020 pour les célébrations du 75e anniversaire de la victoire sur Hitler, a déclaré le conseiller du Kremlin Iouri Ouchakov. "Nous avons invité le président américain à venir chez nous pour le 75e anniversaire de la Victoire" dans la Seconde guerre mondiale "le 9 mai de l'année prochaine", a indiqué M. Ouchakov à la chaîne de télévision russe Rossia 24. Donald Trump, qui s'est entretenu vendredi avec Vladimir Poutine en marge du sommet du G20, a réagi de "manière très positive" à cette invitation, a-t-il affirmé. (Belga)

Donald Trump a vanté les "magnifiques usines" construites par les fabricants automobiles japonais aux Etats-Unis, dit vouloir "bien s'entendre" avec l'Inde, et évoqué une "fantastique" Angela Merkel. Cela alors qu'il avait étrillé ces derniers jours ces alliés traditionnels, régulièrement accusés de mauvaise volonté en matière de commerce et dépenses militaires. Sur l'Iran, l'un des grands sujets de crispation du moment, Donald Trump s'est aussi voulu apaisant. "Rien ne presse, nous avons le temps" de résoudre les tensions, a-t-il dit, lui qui parlait encore il y a peu de "guerre" contre les Iraniens. Avant la traditionnelle photo de famille du G20, il est arrivé en grande conversation avec le Russe Vladimir Poutine, qui cherche à calmer le jeu en Iran, et lui a tapoté le dos. Puis Donald Trump a eu un échange cordial avec le prince héritier Mohammed Ben Salmane, partisan au contraire de la stratégie américaine de pression sur Téhéran. Donald Trump a aussi posé tout sourire et pouce levé avec l'un de ses grands partisans, le président Jair Bolsonaro, qui s'est empressé de diffuser la photo sur Twitter. Sur le sujet le plus brûlant de ce G20, les tensions commerciales avec la Chine, Donald Trump a dit vendredi s'attendre à une rencontre "productive" samedi avec son homologue chinois Xi Jinping. Lors de ce véritable sommet dans le sommet, les deux dirigeants tenteront d'enrayer l'escalade commerciale et technologique entre leurs pays, qui met en péril la croissance mondiale. Par ailleurs, Vladimir Poutine a invité vendredi Donald Trump à se rendre en Russie en mai 2020 pour les célébrations du 75e anniversaire de la victoire sur Hitler, a déclaré le conseiller du Kremlin Iouri Ouchakov. "Nous avons invité le président américain à venir chez nous pour le 75e anniversaire de la Victoire" dans la Seconde guerre mondiale "le 9 mai de l'année prochaine", a indiqué M. Ouchakov à la chaîne de télévision russe Rossia 24. Donald Trump, qui s'est entretenu vendredi avec Vladimir Poutine en marge du sommet du G20, a réagi de "manière très positive" à cette invitation, a-t-il affirmé. (Belga)