Un juge a ordonné jeudi en fin de soirée que la famille soit débarquée à Darwin, au nord du pays, au moment d'un ravitaillement prévu à 2h dans la nuit de jeudi à vendredi (heure locale), rapporte l'Australian Associated Press. La plus jeune des deux fillettes, âgées de 2 et 4 ans, pourra rester en Australie jusqu'à au moins mercredi, jour où une audience sur son cas est prévu, a-t-il été décidé vendredi matin à Melbourne. On ne sait pas si cela signifie que le reste de sa famille pourra également rester jusqu'à cette date. Les parents sont arrivés en Australie séparément par bateau en 2012 et 2013, avant de donner la vie aux deux fillettes. Ils ont demandé l'asile, mais plusieurs tribunaux ont jugé qu'ils n'étaient pas éligibles au statut de réfugié et qu'ils devaient retourner au Sri Lanka. Le ministre australien de l'Intérieur Peter Dutton a une nouvelle fois souligné vendredi qu'ils n'avaient pas droit à la protection de l'île-continent, dont la politique d'immigration est connue pour sa sévérité. "Je voudrais que la famille admette qu'ils ne sont pas des réfugiés, aucune protection ne leur est due de la part de notre pays", a-t-il dit sur la chaîne Channel 9. L'avocate de la famille, Carina Ford, a indiqué à la chaîne nationale ABC que le ministre avait le pouvoir d'intervenir et de permettre à la famille tamoule de rester, étant donné que les deux fillettes sont nées en Australie, et le soutien de la communauté à leur égard. La ville de Biloela (Queensland), où vivait la famille, fait pression pour qu'elle puisse rester, comme en témoigne une pétition signée par 200.000 personnes. (Belga)