La circulation ne pouvant se faire que sur une voie entre les gares de Bruxelles-Midi et Bruxelles-Ouest à la suite de l'incident, des perturbations ont été signalées durant l'heure de pointe matinale. Le train a été immobilisé durant près d'une heure et est finalement arrivé vers 8h00 en gare de Bruxelles-Midi. La situation est normalisée, assure M. Crols.

"La procédure veut que, pour des raisons de sécurité, le conducteur soit remplacé après qu'il a brûlé un feu rouge. Nous ne pouvons pas faire de compromis sur la sécurité, c'est également pour cela qu'il n'est pas possible pour le conducteur de continuer jusqu'à la prochaine gare et enquêter sur l'incident à ce moment là. Ce n'est peut être pas agréable pour le conducteur, mais c'est absolument nécessaire", explique M. Crols.

Selon le porte-parole de la SNCB, il est essentiel de se concentrer pour refaire diminuer le nombre de dépassements de feu de signalisation. L'année dernière, les trains de la SNCB ont brûlé 46 fois un feu rouge, contre 33 l'année précédente.

Retard de 23 heures à cause d'une personne sur les voies entre Bruxelles Nord et Midi

La circulation de 117 trains nationaux et internationaux a été perturbée lundi à cause de la présence d'une personne sur les voies à hauteur de Bruxelles Congrès, entraînant près de 23 heures de retard cumulé au total, a fait savoir mardi le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire Infrabel. Le trafic des trains avait été suspendu entre 13h45 et 14h10. Le porte-parole d'Infrabel Frédéric Petit appelle à respecter les règles de sécurité autour des voies ferrées.

M. Petit indique que l'incident a entraîné 1.401 minutes de retard auprès de 117 trains. Deux trains ont également été annulés. Au total, 108 trains nationaux ont été touchés (1.308 minutes de retard) et neuf trains internationaux (93 minutes).

Le porte-parole d'Infrabel appelle "à toujours respecter les règles de sécurité le long des voies ferrées". "C'est très important pour la sécurité, mais aussi pour le trafic lors des heures de pointe. L'incident d'hier démontre l'impact néfaste que ces comportements peuvent avoir sur le trafic ferroviaire sur des liaisons très fréquentées", indique M. Petit.

Chaque jour, un tiers des trains de passagers passent entre Bruxelles-Nord et Bruxelles-Midi, soit 1.200 des 3.600 trains de passagers du trafic ferroviaire belge. "Cet incident a donc des conséquences sur de très nombreuses lignes", conclut M. Petit.

La circulation ne pouvant se faire que sur une voie entre les gares de Bruxelles-Midi et Bruxelles-Ouest à la suite de l'incident, des perturbations ont été signalées durant l'heure de pointe matinale. Le train a été immobilisé durant près d'une heure et est finalement arrivé vers 8h00 en gare de Bruxelles-Midi. La situation est normalisée, assure M. Crols."La procédure veut que, pour des raisons de sécurité, le conducteur soit remplacé après qu'il a brûlé un feu rouge. Nous ne pouvons pas faire de compromis sur la sécurité, c'est également pour cela qu'il n'est pas possible pour le conducteur de continuer jusqu'à la prochaine gare et enquêter sur l'incident à ce moment là. Ce n'est peut être pas agréable pour le conducteur, mais c'est absolument nécessaire", explique M. Crols.Selon le porte-parole de la SNCB, il est essentiel de se concentrer pour refaire diminuer le nombre de dépassements de feu de signalisation. L'année dernière, les trains de la SNCB ont brûlé 46 fois un feu rouge, contre 33 l'année précédente.La circulation de 117 trains nationaux et internationaux a été perturbée lundi à cause de la présence d'une personne sur les voies à hauteur de Bruxelles Congrès, entraînant près de 23 heures de retard cumulé au total, a fait savoir mardi le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire Infrabel. Le trafic des trains avait été suspendu entre 13h45 et 14h10. Le porte-parole d'Infrabel Frédéric Petit appelle à respecter les règles de sécurité autour des voies ferrées.M. Petit indique que l'incident a entraîné 1.401 minutes de retard auprès de 117 trains. Deux trains ont également été annulés. Au total, 108 trains nationaux ont été touchés (1.308 minutes de retard) et neuf trains internationaux (93 minutes).Le porte-parole d'Infrabel appelle "à toujours respecter les règles de sécurité le long des voies ferrées". "C'est très important pour la sécurité, mais aussi pour le trafic lors des heures de pointe. L'incident d'hier démontre l'impact néfaste que ces comportements peuvent avoir sur le trafic ferroviaire sur des liaisons très fréquentées", indique M. Petit.Chaque jour, un tiers des trains de passagers passent entre Bruxelles-Nord et Bruxelles-Midi, soit 1.200 des 3.600 trains de passagers du trafic ferroviaire belge. "Cet incident a donc des conséquences sur de très nombreuses lignes", conclut M. Petit.