Être confrontée à un kyste de nature bénigne ou à un kyste de nature maligne représente une énorme différence auprès des patientes concernées. Les femmes avec un kyste bénin ne doivent généralement pas être opérées ou, à tout le moins, peuvent rentrer chez elles le jour même de l'opération exploratoire. Les patientes qui développent une tumeur maligne doivent quant à elles faire face à une intervention chirurgicale majeure. Le temps de l'opération est sensiblement plus important et le risque de rencontrer des complications augmente également. En outre, celles-ci doivent être suivies par un oncologue gynécologue. De manière générale, la nature de la tumeur est évaluée à l'aide d'un test de règles simples. Cependant, pour 20 à 25% des patientes, ce test n'offre pas de réponse concluante. Le professeur Dirk Timmerman (KU Leuven) et l'équipe internationale d'analyse des tumeurs ovariennes ont passé au crible les résultats des échographies des ovaires de 5.000 patientes de 22 pays différents. Sur base de ces critères, il a pu être établi quelles caractéristiques correspondent respectivement à un kyste malin et à un kyste bénin. Ce test plus précis peut être immédiatement utilisé dans la pratique médicale. (Belga)

Être confrontée à un kyste de nature bénigne ou à un kyste de nature maligne représente une énorme différence auprès des patientes concernées. Les femmes avec un kyste bénin ne doivent généralement pas être opérées ou, à tout le moins, peuvent rentrer chez elles le jour même de l'opération exploratoire. Les patientes qui développent une tumeur maligne doivent quant à elles faire face à une intervention chirurgicale majeure. Le temps de l'opération est sensiblement plus important et le risque de rencontrer des complications augmente également. En outre, celles-ci doivent être suivies par un oncologue gynécologue. De manière générale, la nature de la tumeur est évaluée à l'aide d'un test de règles simples. Cependant, pour 20 à 25% des patientes, ce test n'offre pas de réponse concluante. Le professeur Dirk Timmerman (KU Leuven) et l'équipe internationale d'analyse des tumeurs ovariennes ont passé au crible les résultats des échographies des ovaires de 5.000 patientes de 22 pays différents. Sur base de ces critères, il a pu être établi quelles caractéristiques correspondent respectivement à un kyste malin et à un kyste bénin. Ce test plus précis peut être immédiatement utilisé dans la pratique médicale. (Belga)