"Theo, kuis DIT op" (Theo, nettoie plutôt CECI), pouvait-on lire vendredi matin, tagué à la bombe noire sur un mur blanc. Theo Francken avait suscité une nouvelle polémique la semaine dernière en affublant du hashtag "opkuisen" (nettoyer) un tweet sur les arrestations de sans-papiers au parc Maximilien et à la Gare du Nord à Bruxelles. L'opposition s'était déchaînée contre ce vocabulaire, que le Premier ministre Charles Michel avait qualifié d'"inadéquat". (Belga)

"Theo, kuis DIT op" (Theo, nettoie plutôt CECI), pouvait-on lire vendredi matin, tagué à la bombe noire sur un mur blanc. Theo Francken avait suscité une nouvelle polémique la semaine dernière en affublant du hashtag "opkuisen" (nettoyer) un tweet sur les arrestations de sans-papiers au parc Maximilien et à la Gare du Nord à Bruxelles. L'opposition s'était déchaînée contre ce vocabulaire, que le Premier ministre Charles Michel avait qualifié d'"inadéquat". (Belga)