L'opérateur qui a porté l'affaire devant le tribunal de l'entreprise de Bruxelles s'appelle Derby, une filiale de Ladbrokes. Le site de jeu visé est Winorama. Il est exploité par la société Twino Trading, basée à Curaçao et qui ne dispose d'aucune licence pour opérer dans le secteur en Belgique. Le tribunal a ordonné à Twino Trading de cesser d'exploiter son site en Belgique sous peine d'astreintes à 50.000 euros par jour, avec un maximum de 5 millions. Dans son ordonnance, le tribunal souligne que Twino Trading n'a pas décroché de licence ad hoc auprès de la Commission des jeux de hasard (CJH) mais que son site est librement accessible en Belgique et que les joueurs situés en Belgique peuvent s'y inscrire et y jouer de l'argent. Il fait donc fi de la réglementation belge qui vise à protéger les joueurs contre l'assuétude et exerce une concurrence déloyale par rapport aux opérateurs agréés. "L'exploitant du site est établi à l'autre bout du monde, mais quand on fait mal à leur portefeuille, généralement les gens s'exécutent", souligne maître Jean-François Libert, conseil de Derby. "Ceci formera une bonne jurisprudence pour s'attaquer aux sites illégaux plus gros et plus proches de nos frontières", ajoute-t-il. Jeudi, le site fr.winorama.com semblait bel et bien bloqué, a constaté le quotidien financier. (Belga)

L'opérateur qui a porté l'affaire devant le tribunal de l'entreprise de Bruxelles s'appelle Derby, une filiale de Ladbrokes. Le site de jeu visé est Winorama. Il est exploité par la société Twino Trading, basée à Curaçao et qui ne dispose d'aucune licence pour opérer dans le secteur en Belgique. Le tribunal a ordonné à Twino Trading de cesser d'exploiter son site en Belgique sous peine d'astreintes à 50.000 euros par jour, avec un maximum de 5 millions. Dans son ordonnance, le tribunal souligne que Twino Trading n'a pas décroché de licence ad hoc auprès de la Commission des jeux de hasard (CJH) mais que son site est librement accessible en Belgique et que les joueurs situés en Belgique peuvent s'y inscrire et y jouer de l'argent. Il fait donc fi de la réglementation belge qui vise à protéger les joueurs contre l'assuétude et exerce une concurrence déloyale par rapport aux opérateurs agréés. "L'exploitant du site est établi à l'autre bout du monde, mais quand on fait mal à leur portefeuille, généralement les gens s'exécutent", souligne maître Jean-François Libert, conseil de Derby. "Ceci formera une bonne jurisprudence pour s'attaquer aux sites illégaux plus gros et plus proches de nos frontières", ajoute-t-il. Jeudi, le site fr.winorama.com semblait bel et bien bloqué, a constaté le quotidien financier. (Belga)