En tout, la Région bruxelloise injectera 25 millions d'euros dans dans l'opération.

Sur certains tronçons de cet anneau routier dont la conception originale était orientée en priorité vers le trafic automobile, un accès strictement local pour le trafic motorisé sera maintenu au profit des ambassades, ou de lieux n'offrant aucune autre alternative d'accès aux PMR. Cependant, les cyclistes auront la priorité absolue sur ces voies latérales.

En 2017, les premiers changements concrets dans le sens de ce projet concerneront le boulevard Poincaré où les travaux ont démarré, le tronçon Yser Rogier, et les environs de la place Madou.

Le gros des travaux aura lieu en 2018.

Selon Pascal Smet, l'aménagement de ces 12 kilomètres de pistes cyclables sera réalisé en tenant compte de l'agenda de rénovation des tunnels routiers.

Rien de neuf, c'est juste le vent qui tourne

La demande de permis d'urbanisme déposée pour la deuxième fois pour le réaménagement physique des boulevards du centre en piétonnier ne constitue pas à proprement parler une nouvelle demande, mais une demande réitérée avec en complément des éléments répondant aux remarques du Conseil d'Etat. Le dossier sera sur la table de la commission de concertation le 26 avril prochain, mais le vent tourne dans les rangs des opposants au projet dont un grand nombre demande à présent que l'on avance, a affirmé lundi le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur.

"L'opposition populaire de commerçants s'est en grande partie transformée en adhésion populaire de nombre de ceux-ci qui nous incitent à présent à avancer. Mais il reste des irréductibles avec lesquels la moindre concertation se transforme en hostilité", a affirmé le bourgmestre invité à faire le point sur ce dossier par les conseillers de l'opposition Fabian Maingain (DéFI) et Marie Nagy (Ecolo).

Un recours éventuel qui n'est pas à exclure ne fera que retarder la bonne fin et la finalisation du projet, a ajouté le bourgmestre précisant que le collège avait eu des échanges avec les commerçants d'un certain nombre d'axes parallèles du piétonnier qui se sentent délaissés et "que nous ne voulons pas abandonner".

Par ailleurs, M. Mayeur a indiqué que la Ville commençait à travailler sur les deux entrées principales du pentagone, côté place Rogier et, côté Midi, place de la Constitution, qu'il faudra également veiller à améliorer, dans l'intérêt des commerçants, dans la foulée de la transformation du piétonnier.

En tout, la Région bruxelloise injectera 25 millions d'euros dans dans l'opération. Sur certains tronçons de cet anneau routier dont la conception originale était orientée en priorité vers le trafic automobile, un accès strictement local pour le trafic motorisé sera maintenu au profit des ambassades, ou de lieux n'offrant aucune autre alternative d'accès aux PMR. Cependant, les cyclistes auront la priorité absolue sur ces voies latérales. En 2017, les premiers changements concrets dans le sens de ce projet concerneront le boulevard Poincaré où les travaux ont démarré, le tronçon Yser Rogier, et les environs de la place Madou. Le gros des travaux aura lieu en 2018. Selon Pascal Smet, l'aménagement de ces 12 kilomètres de pistes cyclables sera réalisé en tenant compte de l'agenda de rénovation des tunnels routiers. La demande de permis d'urbanisme déposée pour la deuxième fois pour le réaménagement physique des boulevards du centre en piétonnier ne constitue pas à proprement parler une nouvelle demande, mais une demande réitérée avec en complément des éléments répondant aux remarques du Conseil d'Etat. Le dossier sera sur la table de la commission de concertation le 26 avril prochain, mais le vent tourne dans les rangs des opposants au projet dont un grand nombre demande à présent que l'on avance, a affirmé lundi le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur."L'opposition populaire de commerçants s'est en grande partie transformée en adhésion populaire de nombre de ceux-ci qui nous incitent à présent à avancer. Mais il reste des irréductibles avec lesquels la moindre concertation se transforme en hostilité", a affirmé le bourgmestre invité à faire le point sur ce dossier par les conseillers de l'opposition Fabian Maingain (DéFI) et Marie Nagy (Ecolo). Un recours éventuel qui n'est pas à exclure ne fera que retarder la bonne fin et la finalisation du projet, a ajouté le bourgmestre précisant que le collège avait eu des échanges avec les commerçants d'un certain nombre d'axes parallèles du piétonnier qui se sentent délaissés et "que nous ne voulons pas abandonner". Par ailleurs, M. Mayeur a indiqué que la Ville commençait à travailler sur les deux entrées principales du pentagone, côté place Rogier et, côté Midi, place de la Constitution, qu'il faudra également veiller à améliorer, dans l'intérêt des commerçants, dans la foulée de la transformation du piétonnier.