La délégation soudanaise est déjà repartie mercredi soir. En une semaine et demi, elle a réalisé sa mission d'identification, interrogeant dans différents centres fermés du pays des migrants du parc Maximilien qui n'avaient pas demandé l'asile en Belgique et dont l'Office des Etrangers pensait qu'ils étaient soudanais. 43 des 61 personnes concernées ont été reconnues comme soudanaises, et la délégation soudanaise a fourni les documents de voyage nécessaires. "70% de ces migrants peuvent retourner. Cette mission était donc une réussite", indique le porte-parole de l'Office des Etrangers Geert De Vulder. "Bien sûr, ils peuvent encore faire appel, ou demander l'asile dans notre pays". Un seul a pour le moment choisi cette dernière option, envisagée par deux autres. Trois migrants vont retourner vers le Soudan, sans escorte policière, ce vendredi. Une autre personne, escortée pour des raisons de sécurité, suivra samedi. (Belga)

La délégation soudanaise est déjà repartie mercredi soir. En une semaine et demi, elle a réalisé sa mission d'identification, interrogeant dans différents centres fermés du pays des migrants du parc Maximilien qui n'avaient pas demandé l'asile en Belgique et dont l'Office des Etrangers pensait qu'ils étaient soudanais. 43 des 61 personnes concernées ont été reconnues comme soudanaises, et la délégation soudanaise a fourni les documents de voyage nécessaires. "70% de ces migrants peuvent retourner. Cette mission était donc une réussite", indique le porte-parole de l'Office des Etrangers Geert De Vulder. "Bien sûr, ils peuvent encore faire appel, ou demander l'asile dans notre pays". Un seul a pour le moment choisi cette dernière option, envisagée par deux autres. Trois migrants vont retourner vers le Soudan, sans escorte policière, ce vendredi. Une autre personne, escortée pour des raisons de sécurité, suivra samedi. (Belga)