Président d'une association de la diaspora rwandaise, Louis Baziga, 47 ans, a été abattu de plusieurs coups de feu tirés par trois individus armés alors qu'il circulait à bord de son véhicule dans la capitale mozambicaine, a ajouté la police. Conduit à l'hôpital, M. Baziga y est décédé de ses blessures. Ses trois agresseurs présumés ont réussi à prendre la fuite à bord d'un véhicule 4 x 4, a précisé la police, qui n'a livré aucune hypothèse sur les causes de l'homicide. L'ambassadeur du Rwanda au Mozambique, Claude Nikobisanzwe, a confirmé la mort de M. Baziga à la presse. Selon des sources rwandaises, elle pourrait être liée à un différend commercial ou à un règlement de comptes entre tendances politiques rivales rwandaises. Chef d'entreprise, M. Baziga avait déjà fait l'objet d'une tentative d'assassinat en 2016 par trois ressortissants rwandais qui avaient été arrêtés et déférés devant un tribunal mozambicain. Ces dernières années, plusieurs adversaires politiques de M. Kagame exilés à l'étranger ont été tués ou victimes de tentatives d'assassinats attribuées au régime de Kigali. L'affaire la plus emblématique a visé l'ancien chef des services secrets rwandais, Patrick Karegeya, 53 ans, étranglé le 1er janvier 2014 dans un hôtel de Johannesburg. Ex-proche de M. Kagame, il avait fui son pays en 2007 après être entré en dissidence. Longtemps enterré, ce dossier a été finalement rouvert en avril dernier par la justice sud-africaine. Lors de son enquête préliminaire, la police avait identifié plusieurs suspects selon elle "directement liés au gouvernement rwandais". Kigali a toujours démenti toute implication dans cet assassinat. (Belga)