La mise sur pied de ce panel a germé au sein du parlement notamment à l'initiative du président de l'assemblée bruxelloise Charles Picqué (PS) venu assister à la présentation de la résolution finale, comme plusieurs députés. La mise en place du groupe de travail parlementaire bruxellois sur la gouvernance lui a donné un coup d'accélérateur.

Formellement, les citoyens du panel ont été tirés au sort au départ d'une liste de 8.000 noms tirés au sort dans l'annuaire téléphonique. Quatre cents personnes ont répondu positivement à l'appel qui leur a été lancé. Le choix des 40 participants a ensuite été opéré en tenant compte des statistiques officielles pour donner au panel un profil plus représentatif de la population.

Celui-ci s'est réuni à quatre reprises, lors de séances présidées par des fonctionnaires du parlement associés à la démarche appelée à être reproduite sur d'autres thèmes, après une première évaluation.

Approuvée à l'unanimité, la résolution plaide notamment la mise au point d'une information intégrée de tous les opérateurs de mobilité, et l'organisation de campagnes régulières sur les nouveaux modes de déplacement. Il y est demandé d'aménager les trottoirs au profit de tous les usagers, d'aménager le plus possible les principaux axes de mobilité en réservant des sites pour chaque mode de transport, et de réduire la largeur de l'espace dédié à la voiture dans les quartiers ainsi que celui réservé au stationnement, au profit de la qualité de l'espace public et des modes alternatifs (voitures partagées, vélos...).

Autre demande: étoffer le contenu de la carte Mobib comme moyen de paiement d'une palette aussi étendue que possible de l'offre de moyens de déplacement et y faire de l'abonnement MTB le seul possible. Ce dernier donne accès au réseau de la Stib, aux réseaux urbains du Tec et De Lijn dans la Région de Bruxelles-Capitale et au réseau ferroviaire de la SNCB, en 2e classe, dans la région bruxelloise.

Certaines des dispositions de la résolution telle que la généralisation des zones 30, hors grands axes, ont fait l'objet de prises de position plus partagées que lors du vote global.

Le panel est aussi partisan de l'instauration d'un péage routier-cordon autour de Bruxelles - assorti de la création de parkings de dissuasion à proximité de lignes de transports en commun performantes - à un prix supérieur à celui des transports en commun.

Pour Charles Picqué, entre le micro-trottoir et le tirage au sort, le panel citoyen constitue une formule plus convaincante permettant d'enrichir le débat public "par une participation directe et sereine des citoyens".

La mise sur pied de ce panel a germé au sein du parlement notamment à l'initiative du président de l'assemblée bruxelloise Charles Picqué (PS) venu assister à la présentation de la résolution finale, comme plusieurs députés. La mise en place du groupe de travail parlementaire bruxellois sur la gouvernance lui a donné un coup d'accélérateur. Formellement, les citoyens du panel ont été tirés au sort au départ d'une liste de 8.000 noms tirés au sort dans l'annuaire téléphonique. Quatre cents personnes ont répondu positivement à l'appel qui leur a été lancé. Le choix des 40 participants a ensuite été opéré en tenant compte des statistiques officielles pour donner au panel un profil plus représentatif de la population. Celui-ci s'est réuni à quatre reprises, lors de séances présidées par des fonctionnaires du parlement associés à la démarche appelée à être reproduite sur d'autres thèmes, après une première évaluation. Approuvée à l'unanimité, la résolution plaide notamment la mise au point d'une information intégrée de tous les opérateurs de mobilité, et l'organisation de campagnes régulières sur les nouveaux modes de déplacement. Il y est demandé d'aménager les trottoirs au profit de tous les usagers, d'aménager le plus possible les principaux axes de mobilité en réservant des sites pour chaque mode de transport, et de réduire la largeur de l'espace dédié à la voiture dans les quartiers ainsi que celui réservé au stationnement, au profit de la qualité de l'espace public et des modes alternatifs (voitures partagées, vélos...). Autre demande: étoffer le contenu de la carte Mobib comme moyen de paiement d'une palette aussi étendue que possible de l'offre de moyens de déplacement et y faire de l'abonnement MTB le seul possible. Ce dernier donne accès au réseau de la Stib, aux réseaux urbains du Tec et De Lijn dans la Région de Bruxelles-Capitale et au réseau ferroviaire de la SNCB, en 2e classe, dans la région bruxelloise. Certaines des dispositions de la résolution telle que la généralisation des zones 30, hors grands axes, ont fait l'objet de prises de position plus partagées que lors du vote global. Le panel est aussi partisan de l'instauration d'un péage routier-cordon autour de Bruxelles - assorti de la création de parkings de dissuasion à proximité de lignes de transports en commun performantes - à un prix supérieur à celui des transports en commun. Pour Charles Picqué, entre le micro-trottoir et le tirage au sort, le panel citoyen constitue une formule plus convaincante permettant d'enrichir le débat public "par une participation directe et sereine des citoyens".