Le président russe Vladimir Poutine a confirmé la semaine passée que les conduits d'un premier pipeline avaient été posés. Désormais le gazoduc relie Lubmin au nord-ouest de l'Allemagne à la Russie de manière ininterrompue, selon l'entreprise. Les travaux sur un second pipeline sont encore en cours, et devraient être terminées d'ici deux mois selon le président russe. Son gouvernement table sur une finalisation du projet d'ici la fin de l'année. Nord Stream 2 doit permettre d'acheminer 55 milliards de mètres cube de gaz vers la Russie depuis le versant allemand de la mer Baltique. Ce chantier devrait également être au menu des échanges entre le président Joe Biden et la chancelière Angela Merkel en marge du sommet du G7 qui se tient en Grande-Bretagne de vendredi à dimanche. Le gouvernement de Joe Biden a décidé fin mai de ne pas sanctionner les acteurs principaux de Nord Stream. Washington avait émis de multiples critiques sur le projet craignant une main-mise plus importante de Moscou en Europe de l'Ouest. Le président Joe Biden a finalement estimé que ces sanctions n'avaient plus lieu d'être alors que le gazoduc long de 1.200 kilomètres quasiment terminé est un "fait accompli" impossible à stopper. L'Ukraine redoutait particulièrement la construction de Nord Stream 2, qui permet à la Russie d'éviter son territoire, privant Kiev de retombées économiques liées aux droits de transit. (Belga)

Le président russe Vladimir Poutine a confirmé la semaine passée que les conduits d'un premier pipeline avaient été posés. Désormais le gazoduc relie Lubmin au nord-ouest de l'Allemagne à la Russie de manière ininterrompue, selon l'entreprise. Les travaux sur un second pipeline sont encore en cours, et devraient être terminées d'ici deux mois selon le président russe. Son gouvernement table sur une finalisation du projet d'ici la fin de l'année. Nord Stream 2 doit permettre d'acheminer 55 milliards de mètres cube de gaz vers la Russie depuis le versant allemand de la mer Baltique. Ce chantier devrait également être au menu des échanges entre le président Joe Biden et la chancelière Angela Merkel en marge du sommet du G7 qui se tient en Grande-Bretagne de vendredi à dimanche. Le gouvernement de Joe Biden a décidé fin mai de ne pas sanctionner les acteurs principaux de Nord Stream. Washington avait émis de multiples critiques sur le projet craignant une main-mise plus importante de Moscou en Europe de l'Ouest. Le président Joe Biden a finalement estimé que ces sanctions n'avaient plus lieu d'être alors que le gazoduc long de 1.200 kilomètres quasiment terminé est un "fait accompli" impossible à stopper. L'Ukraine redoutait particulièrement la construction de Nord Stream 2, qui permet à la Russie d'éviter son territoire, privant Kiev de retombées économiques liées aux droits de transit. (Belga)