Selon le quotidien El Pais, des discussions ont commencé dans le plus grand secret dans la nuit de lundi à mardi. Le PSOE aurait proposé à Podemos un poste de vice-Premier et trois portefeuilles, ce que Pablo Iglesias aurait refusé. Les deux partis disposent de 155 siège au Parlement qui en compte 350. Une fois l'accord finalisé, des négociations pourraient commencer avec d'autres formations ayant soutenu avec succès la motion de méfiance votée en son temps contre le Premier ministre conservateur Mariano Rajoy et qui avait ramené les socialistes au pouvoir. Andoni Ortuzar, le patron du parti nationaliste basque, aurait ainsi déclaré vouloir reformer le bloc qui avait chassé Rajoy du pouvoir. Ce bloc comprenait aussi des partis indépendantistes catalans. De plus amples informations devraient être fournies en cours de journée. Par ailleurs, les séparatistes catalans n'excluraient pas un soutien à un gouvernement de Pedro Sánchez, en échange de l'ouverture d'un dialogue avec les régions où "tout serait discutable", a indiqué le président de la Generalitat, Quim Torra, mardi à Barcelone, disant attendre une offre de M. Sanchez. (Belga)