Ce groupe de maisons de repos avait annoncé, le 10 décembre dernier, son intention de fermer la résidence Simonis et d'enclencher la procédure Renault, au motif que le bâtiment acheté il y a environ un an est dans un état déplorable, ce que confirmaient les syndicats. Au total, 67 emplois sont concernés. Par ailleurs, des travailleurs de la résidence Wiart, l'autre maison de repos du groupe à Jette, se sont plaints de leur côté de la nouvelle direction. Ils l'accusent notamment de comportements racistes, de harcèlement moral, de faits de menace et de licenciements abusifs. Concernant la résidence Simonis, Johan Poel, le directeur général d'Orelia Zorg, avait expliqué que si des travaux importants rendront impossible l'occupation du bâtiment à court terme, la fermeture définitive n'est pas encore tranchée. "Toutes les options seront envisagées pour réaffecter un nombre maximal de collaborateurs dans une des autres résidences pour personnes âgées d'Orelia dans la région. Quelle que soit l'option privilégiée, l'intérêt de nos collaborateurs et de nos résidents primera toujours. Si la fermeture de cette résidence pour personnes âgées est inévitable, nous prendrons le temps nécessaire pour rechercher une alternative abordable avec les résidents et leur famille", avait-il dit. (Belga)

Ce groupe de maisons de repos avait annoncé, le 10 décembre dernier, son intention de fermer la résidence Simonis et d'enclencher la procédure Renault, au motif que le bâtiment acheté il y a environ un an est dans un état déplorable, ce que confirmaient les syndicats. Au total, 67 emplois sont concernés. Par ailleurs, des travailleurs de la résidence Wiart, l'autre maison de repos du groupe à Jette, se sont plaints de leur côté de la nouvelle direction. Ils l'accusent notamment de comportements racistes, de harcèlement moral, de faits de menace et de licenciements abusifs. Concernant la résidence Simonis, Johan Poel, le directeur général d'Orelia Zorg, avait expliqué que si des travaux importants rendront impossible l'occupation du bâtiment à court terme, la fermeture définitive n'est pas encore tranchée. "Toutes les options seront envisagées pour réaffecter un nombre maximal de collaborateurs dans une des autres résidences pour personnes âgées d'Orelia dans la région. Quelle que soit l'option privilégiée, l'intérêt de nos collaborateurs et de nos résidents primera toujours. Si la fermeture de cette résidence pour personnes âgées est inévitable, nous prendrons le temps nécessaire pour rechercher une alternative abordable avec les résidents et leur famille", avait-il dit. (Belga)