Le suspect israélien, âgé de plus de 70 ans, a fui la clinique de Holon, au sud-est de Tel-Aviv, à bord de sa voiture avant d'être arrêté, a précisé la police. L'infirmière, morte des suites de ses brûlures, a été identifiée comme Tova Kararo, 56 ans. La centrale syndicale Histadrout a annoncé un débrayage de deux heures mercredi matin en solidarité avec la victime. Le site d'information Ynet a cité un officier de police affirmant que l'homme avait été admis à la clinique pour des soins médicaux. "D'après les premiers éléments dont nous disposons, il n'était pas satisfait et au cours d'un échange verbal, il a déversé du liquide inflammable sur l'infirmière qui le soignait", a indiqué l'officier. Le directeur des services de santé de la clinique a déclaré de son côté sur la radio publique que le patient était connu pour son "passé médical", laissant entendre qu'il souffre de problèmes mentaux. Une porte-parole de la police a confirmé que le suspect était apparemment "instable mentalement". Selon des médias locaux, l'homme, survivant de l'Holocauste, était convaincu d'avoir subi une tentative d'empoisonnement après avoir été vacciné. (Belga)

Le suspect israélien, âgé de plus de 70 ans, a fui la clinique de Holon, au sud-est de Tel-Aviv, à bord de sa voiture avant d'être arrêté, a précisé la police. L'infirmière, morte des suites de ses brûlures, a été identifiée comme Tova Kararo, 56 ans. La centrale syndicale Histadrout a annoncé un débrayage de deux heures mercredi matin en solidarité avec la victime. Le site d'information Ynet a cité un officier de police affirmant que l'homme avait été admis à la clinique pour des soins médicaux. "D'après les premiers éléments dont nous disposons, il n'était pas satisfait et au cours d'un échange verbal, il a déversé du liquide inflammable sur l'infirmière qui le soignait", a indiqué l'officier. Le directeur des services de santé de la clinique a déclaré de son côté sur la radio publique que le patient était connu pour son "passé médical", laissant entendre qu'il souffre de problèmes mentaux. Une porte-parole de la police a confirmé que le suspect était apparemment "instable mentalement". Selon des médias locaux, l'homme, survivant de l'Holocauste, était convaincu d'avoir subi une tentative d'empoisonnement après avoir été vacciné. (Belga)