En suivant une cohorte complète de nouveaux profs l'année scolaire passée, soit 4.540 sur environ 100.000 enseignants, le cabinet Schyns a constaté que 1.304 d'entre eux n'étaient munis d'aucun titre pédagogique (ni agrégation ni certificat d'aptitude pédagogique). "Cela confirme vraiment la pénurie puisqu'on est évidemment obligé de mettre devant les élèves les profs les mieux titrés", insiste Laurent Divers. Le quart de la nouvelle cohorte observée a travaillé moins d'un trimestre et c'est dans le groupe des titulaires d'un master que le taux d'abandon est le plus élevé.

"C'est logique. Avec un master, on a d'autres possibilités que l'enseignement", comment M. Divers. Les abandons massifs s'expliquent aussi par le fait qu'un nouvel enseignant sur neuf a enseigné à temps plein d'octobre à juin, et un sur quatre toute l'année, mais à temps partiel.

En outre, "les enseignants protègent leur emploi", rappelle l'expert. Ils ont cinq ans pour revenir au poste qu'ils ont quitté. À leur retour, ils reprennent leur place, éjectant de fait leur remplaçant. Un chiffre illustre aussi particulièrement le côté pervers du système, avance La Libre Belgique. Deux tiers de la cohorte (3.216 nouveaux enseignants exactement) n'ont pas travaillé le 30 juin. Parce que de nombreux enseignants en congé de maladie et remplacés par un collègue reviennent à l'école ce jour-­là pour ne pas être considérés comme malades pendant leurs vacances. "Le nouveau prof est comme un mouchoir en papier dont on se débarrasse quand on n'en a plus besoin", conclut M. Divers.

En suivant une cohorte complète de nouveaux profs l'année scolaire passée, soit 4.540 sur environ 100.000 enseignants, le cabinet Schyns a constaté que 1.304 d'entre eux n'étaient munis d'aucun titre pédagogique (ni agrégation ni certificat d'aptitude pédagogique). "Cela confirme vraiment la pénurie puisqu'on est évidemment obligé de mettre devant les élèves les profs les mieux titrés", insiste Laurent Divers. Le quart de la nouvelle cohorte observée a travaillé moins d'un trimestre et c'est dans le groupe des titulaires d'un master que le taux d'abandon est le plus élevé. "C'est logique. Avec un master, on a d'autres possibilités que l'enseignement", comment M. Divers. Les abandons massifs s'expliquent aussi par le fait qu'un nouvel enseignant sur neuf a enseigné à temps plein d'octobre à juin, et un sur quatre toute l'année, mais à temps partiel. En outre, "les enseignants protègent leur emploi", rappelle l'expert. Ils ont cinq ans pour revenir au poste qu'ils ont quitté. À leur retour, ils reprennent leur place, éjectant de fait leur remplaçant. Un chiffre illustre aussi particulièrement le côté pervers du système, avance La Libre Belgique. Deux tiers de la cohorte (3.216 nouveaux enseignants exactement) n'ont pas travaillé le 30 juin. Parce que de nombreux enseignants en congé de maladie et remplacés par un collègue reviennent à l'école ce jour-­là pour ne pas être considérés comme malades pendant leurs vacances. "Le nouveau prof est comme un mouchoir en papier dont on se débarrasse quand on n'en a plus besoin", conclut M. Divers.