Un nombre record de migrants en transit interpellés en Flandre occidentale

  • Mise à jour à
  • Source : Belga

Plus de 7.000 migrants en transit ont été appréhendés en Flandre occidentale l'an dernier, un nombre record et une hausse de plus de 50% par rapport à 2017, a fait savoir lundi le gouverneur provincial Carl Decaluwé. Celui-ci a demandé en urgence des mesures supplémentaires au ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem.

© Belga

En 2017, 4.550 personnes sans-papier ont été interpellées. Elles étaient 6.792 en 2016, mais ce pic a été dépassé l'an dernier avec 7.020 migrants appréhendés dont 65% au port de Zeebrugge et dans ses environs.

Ces derniers provenaient essentiellement d'Érythrée. Plus de 20% ont été interceptés à proximité de parkings autoroutiers et il s'agissait ici surtout d'Irakiens. Le mois d'août a été particulièrement critique, avec 886 migrants interpellés. Ce chiffre a ensuite diminué avec 786 interpellations en septembre et 648 en novembre. Le gouverneur Decaluwé demande des moyens supplémentaires et veut relancer les discussions avec Londres afin d'endiguer le problème.

"La pression doit baisser. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir. Nous menons une action deux à trois fois par semaine. Nous optons pour des actions plus restreintes mais plus nombreuses", explique-t-il. "C'est un emplâtre sur une jambe de bois mais si nous n'agissons pas, alors des tentes pourraient être plantées, ce que nous voulons absolument éviter." M. Decaluwé veut que le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem, prenne le problème à bras-le-corps. Il demande davantage de soutien ainsi que du personnel supplémentaire.

"Le ministre se rend ce mois-ci en Flandre occidentale pour aborder la question. Je veux que des discussions avec Londres soient rétablies. Elles ont été stoppées par la chute du gouvernement" fédéral, plaide le gouverneur. Ce dernier s'inquiète également à cause du Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. "En cas de Brexit dur, les chauffeurs routiers risquent de rester plus longtemps à la douane et les migrants en transit pourraient en profiter pour tenter de monter dans les véhicules", pointe-t-il

En savoir plus à ce sujet:

Plus