Cette hausse est en partie due au fait que le nombre de mineurs fugueurs qui fuguent à plusieurs reprises sur une année augmente systématiquement, indique Child Focus. Ainsi, 143 jeunes ont fugué de 2 à 8 fois. Si la majorité (54%) des fugueurs sont âgés de 13 à 15 ans, 8% n'ont pas plus de 12 ans. Près d'un tiers (30%) des fugueurs étaient placés en institution "ce qui démontre que la fugue s'inscrit généralement dans un contexte problématique", analyse Child Focus. Le nombre de disparitions de mineurs étrangers non accompagnés (MENA) a également augmenté en 2016. Ainsi, 116 MENA ont été signalés disparus, généralement par la police, l'institution où ils séjournaient ou leur tuteur. C'est plus de trois fois plus qu'au cours des années antérieures. Des chiffres du service de tutelle font même état de la disparition de 284 MENA. Seuls 64 des 162 dossiers ouverts ces dernières années ont pu être clôturés, ce qui signifie que l'on a perdu toute trace de la majorité de ces MENA disparus, s'inquiète Child Focus. A l'inverse, Child Focus a traité, en 2016, 352 dossiers d'enlèvement parental international, ce qui constitue un recul sensible par rapport aux 400 dossiers ouverts en moyenne les années précédentes. (Belga)

Cette hausse est en partie due au fait que le nombre de mineurs fugueurs qui fuguent à plusieurs reprises sur une année augmente systématiquement, indique Child Focus. Ainsi, 143 jeunes ont fugué de 2 à 8 fois. Si la majorité (54%) des fugueurs sont âgés de 13 à 15 ans, 8% n'ont pas plus de 12 ans. Près d'un tiers (30%) des fugueurs étaient placés en institution "ce qui démontre que la fugue s'inscrit généralement dans un contexte problématique", analyse Child Focus. Le nombre de disparitions de mineurs étrangers non accompagnés (MENA) a également augmenté en 2016. Ainsi, 116 MENA ont été signalés disparus, généralement par la police, l'institution où ils séjournaient ou leur tuteur. C'est plus de trois fois plus qu'au cours des années antérieures. Des chiffres du service de tutelle font même état de la disparition de 284 MENA. Seuls 64 des 162 dossiers ouverts ces dernières années ont pu être clôturés, ce qui signifie que l'on a perdu toute trace de la majorité de ces MENA disparus, s'inquiète Child Focus. A l'inverse, Child Focus a traité, en 2016, 352 dossiers d'enlèvement parental international, ce qui constitue un recul sensible par rapport aux 400 dossiers ouverts en moyenne les années précédentes. (Belga)