Le précédent record datait de 2006 lorsque 29 bébés avaient été recueillis. La moyenne annuelle se situe aux alentours de 20 jeunes. "Ce nombre important démontre que les populations augmentent. Elles ne souffrent certainement pas d'un trop peu de nourriture, sinon nous aurions accueilli des bébés maigres", explique le vétérinaire en chef Manu Potin. Les animaux sont cependant malades. Le week-end dernier, trois ont encore dû être secourus. Ils souffraient tous d'une infection pulmonaire ou de vers. Treize bébés phoques séjournent en ce moment dans le refuge. Cinq seront relâchés le 3 décembre prochain. Le centre n'aura pas désempli cette année. L'équipe de soigneurs essaye généralement de profiter des périodes creuses pour nettoyer les espaces de quarantaine, mais aucun de ceux-ci n'a encore été libéré cette année. Cette situation engendre de plus des coûts supplémentaires pour le centre qui doit se procurer plus de poissons afin de nourrir les bébés phoques. (Belga)

Le précédent record datait de 2006 lorsque 29 bébés avaient été recueillis. La moyenne annuelle se situe aux alentours de 20 jeunes. "Ce nombre important démontre que les populations augmentent. Elles ne souffrent certainement pas d'un trop peu de nourriture, sinon nous aurions accueilli des bébés maigres", explique le vétérinaire en chef Manu Potin. Les animaux sont cependant malades. Le week-end dernier, trois ont encore dû être secourus. Ils souffraient tous d'une infection pulmonaire ou de vers. Treize bébés phoques séjournent en ce moment dans le refuge. Cinq seront relâchés le 3 décembre prochain. Le centre n'aura pas désempli cette année. L'équipe de soigneurs essaye généralement de profiter des périodes creuses pour nettoyer les espaces de quarantaine, mais aucun de ceux-ci n'a encore été libéré cette année. Cette situation engendre de plus des coûts supplémentaires pour le centre qui doit se procurer plus de poissons afin de nourrir les bébés phoques. (Belga)