La cérémonie a été organisée en présence du ministre de la Sécurité et de l'Intérieur Pieter De Crem, du bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close ainsi que du commissaire général de la police fédérale Marc De Mesmaeker et du chef de corps de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles Michel Goovaerts. Des membres des familles affectées par ces décès ont assisté à la cérémonie.

Des gerbes de fleurs ont été déposées au pied d'une plaque commémorative édifiée en hommage aux policiers tombés en service. La cérémonie s'est déroulée au son de la fanfare de la police. "Il s'agissait à chaque fois de personnes dont la tâche, la mission et la vocation quotidienne consistaient à rendre votre vie et notre coexistence plus sûre et sécurisée", a souligné le ministre Pieter De Crem. "Ils furent des inspecteurs et des inspecteurs principaux qui, animés d'un grand sens de la justice, ont choisi non seulement d'exercer un métier mais également de remplir une mission. Par dessus tout, il s'agissait à chaque fois de la perte d'une vie humaine, d'un ami, d'un partenaire, d'une maman, d'un papa..."

Un mur de la mémoire a par la suite été dévoilé au coeur du Polis Center, un lieu de passage emprunté chaque jour par des centaines de policiers fédéraux et locaux. Il reprend les photos, noms et fonctions des 27 policiers tués en service. Les noms de chacune de ces personnes décédées dans l'exercice de ses fonctions ont été lus à voix haute par les représentants de la police pour leur rendre un dernier hommage.

Un livre du souvenir a également été ouvert afin que ceux qui le souhaitent puissent laisser un message en leur souvenir. "Soyons reconnaissants", a déclaré le commissaire général Marc De Mesmaeker. "Soyons fiers. Soyons sans cesse à leurs côtés : physiquement, de par nos actes et décisions mais aussi de par nos pensées aux "fallen ones"".

C'est le 7 décembre 1998 qu'a été promulguée une nouvelle loi sur la police intégrée, structurée à deux niveaux. Depuis lors, ce jour a été proclamé Journée de la police intégrée.

La cérémonie a été organisée en présence du ministre de la Sécurité et de l'Intérieur Pieter De Crem, du bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close ainsi que du commissaire général de la police fédérale Marc De Mesmaeker et du chef de corps de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles Michel Goovaerts. Des membres des familles affectées par ces décès ont assisté à la cérémonie.Des gerbes de fleurs ont été déposées au pied d'une plaque commémorative édifiée en hommage aux policiers tombés en service. La cérémonie s'est déroulée au son de la fanfare de la police. "Il s'agissait à chaque fois de personnes dont la tâche, la mission et la vocation quotidienne consistaient à rendre votre vie et notre coexistence plus sûre et sécurisée", a souligné le ministre Pieter De Crem. "Ils furent des inspecteurs et des inspecteurs principaux qui, animés d'un grand sens de la justice, ont choisi non seulement d'exercer un métier mais également de remplir une mission. Par dessus tout, il s'agissait à chaque fois de la perte d'une vie humaine, d'un ami, d'un partenaire, d'une maman, d'un papa..." Un mur de la mémoire a par la suite été dévoilé au coeur du Polis Center, un lieu de passage emprunté chaque jour par des centaines de policiers fédéraux et locaux. Il reprend les photos, noms et fonctions des 27 policiers tués en service. Les noms de chacune de ces personnes décédées dans l'exercice de ses fonctions ont été lus à voix haute par les représentants de la police pour leur rendre un dernier hommage. Un livre du souvenir a également été ouvert afin que ceux qui le souhaitent puissent laisser un message en leur souvenir. "Soyons reconnaissants", a déclaré le commissaire général Marc De Mesmaeker. "Soyons fiers. Soyons sans cesse à leurs côtés : physiquement, de par nos actes et décisions mais aussi de par nos pensées aux "fallen ones"". C'est le 7 décembre 1998 qu'a été promulguée une nouvelle loi sur la police intégrée, structurée à deux niveaux. Depuis lors, ce jour a été proclamé Journée de la police intégrée.