Le Canada et le Royaume-Uni ont déjà affirmé que le crash, qui a causé la mort de 176 personnes, a été provoqué par un missile iranien, tiré probablement par erreur, ce que Téhéran dément. "Sur la base des informations du MIVD (le service de sécurité et de renseignement militaire des Pays-Bas), nous pouvons affirmer qu'il est probable qu'un missile anti-aérien iranien a provoqué le crash de l'avion", a déclaré la ministre néerlandaise de la Défense, Ank Bijleveld, après un conseil des ministres. Mme Bijleveld n'a donné aucune précision sur la manière dont les Pays-Bas ont obtenu ces informations. L'avion, un Boeing 737 de la compagnie Ukraine Airlines International, s'est écrasé deux minutes après son décollage mercredi matin de Téhéran à destination de Kiev. La catastrophe est survenue peu après des tirs de missiles par Téhéran sur des bases utilisées par l'armée américaine en Irak. Dans une déclaration distincte, le ministre néerlandais des Affaires étrangères Stef Blok, en visite à Bruxelles, a déclaré vendredi qu'il est "très probable que l'avion ait été abattu par des missiles iraniens". Interrogé sur des possibles sanctions de l'UE à l'encontre de l'Iran, M. Blok a estimé qu'il est "important que des recherches indépendantes indiquent clairement ce qui s'est exactement passé". Le ministre a indiqué que les Pays-Bas avaient offert leur aide au Canada, qui comptait 63 de ses ressortissants dans l'avion, en raison de leur expérience au sujet du crash du vol MH17. Le Boeing MH17 de la compagnie Malaysia Airlines, parti d'Amsterdam pour Kuala Lumpur en 2014, avait été touché en plein vol par un missile BUK de conception soviétique au-dessus de la zone de conflit armé avec les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine. Les 298 personnes à son bord avaient péri. Jeudi, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a appelé son homologue néerlandais, Mark Rutte, afin de lui demander de partager son expérience au sujet du vol MH17, a rapporté l'agence de presse néerlandaise ANP. Mark Rutte a offert "tout son soutien et expertise" à M. Trudeau, selon l'ANP. (Belga)

Le Canada et le Royaume-Uni ont déjà affirmé que le crash, qui a causé la mort de 176 personnes, a été provoqué par un missile iranien, tiré probablement par erreur, ce que Téhéran dément. "Sur la base des informations du MIVD (le service de sécurité et de renseignement militaire des Pays-Bas), nous pouvons affirmer qu'il est probable qu'un missile anti-aérien iranien a provoqué le crash de l'avion", a déclaré la ministre néerlandaise de la Défense, Ank Bijleveld, après un conseil des ministres. Mme Bijleveld n'a donné aucune précision sur la manière dont les Pays-Bas ont obtenu ces informations. L'avion, un Boeing 737 de la compagnie Ukraine Airlines International, s'est écrasé deux minutes après son décollage mercredi matin de Téhéran à destination de Kiev. La catastrophe est survenue peu après des tirs de missiles par Téhéran sur des bases utilisées par l'armée américaine en Irak. Dans une déclaration distincte, le ministre néerlandais des Affaires étrangères Stef Blok, en visite à Bruxelles, a déclaré vendredi qu'il est "très probable que l'avion ait été abattu par des missiles iraniens". Interrogé sur des possibles sanctions de l'UE à l'encontre de l'Iran, M. Blok a estimé qu'il est "important que des recherches indépendantes indiquent clairement ce qui s'est exactement passé". Le ministre a indiqué que les Pays-Bas avaient offert leur aide au Canada, qui comptait 63 de ses ressortissants dans l'avion, en raison de leur expérience au sujet du crash du vol MH17. Le Boeing MH17 de la compagnie Malaysia Airlines, parti d'Amsterdam pour Kuala Lumpur en 2014, avait été touché en plein vol par un missile BUK de conception soviétique au-dessus de la zone de conflit armé avec les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine. Les 298 personnes à son bord avaient péri. Jeudi, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a appelé son homologue néerlandais, Mark Rutte, afin de lui demander de partager son expérience au sujet du vol MH17, a rapporté l'agence de presse néerlandaise ANP. Mark Rutte a offert "tout son soutien et expertise" à M. Trudeau, selon l'ANP. (Belga)