Voici quelques-unes de leurs réactions. Anna Marriott, de l'ONG Oxfam: "Si le mieux que puissent faire les dirigeants du G7 est de donner un milliard de doses, alors ce sommet aura été un échec. Il est admis que le monde aura besoin de 11 milliards de doses pour en finir avec la pandémie". "Le partage de doses est une partie de la solution si c'est immédiatement fait, mais la charité ne résoudra pas le problème colossal de la fourniture de vaccins (...). Le G7 devrait briser les monopoles et insister sur le fait que le savoir-faire et la science de vaccins soient partagés avec des fabricants qualifiés partout dans le monde". Jane Halton, co-présidente de Covax: "Je suis vraiment reconnaissante que nous ayons un engagement du G7 à donner un nombre de doses significatif, y compris via le programme Covax. Nous avons appelé à cibler les populations vulnérables dans le monde. Si nous obtenons un milliard de doses à la fin, ce sera vraiment très bienvenu", a déclaré la responsable de la structure de mise à disposition internationale des vaccins, sur Times Radio. Matshidiso Moeti, directrice régionale Afrique pour l'OMS:"La plupart de nos populations vulnérables restent dangereusement exposées au Covid 19 (...), donc les pays qui le peuvent doivent partager urgemment les vaccins. C'est une question de vie ou de mort pour l'Afrique". "Nous voyons les nations prospères commencer à passer des promesses aux actes", a-t-elle jugé. Zoe Abrams, directrice exécutive de la Croix Rouge britannique: "Chaque promesse doit être bienvenue, mais plus doit être fait, et vite". Alex Harris, de la fondation WELLCOME: "Ce dont le monde a besoin, ce sont des vaccins maintenant, pas plus tard. En ce moment historique, le G7 doit montrer le leadership nécessaire face à la crise. Nous exhortons les dirigeants du G7 à accroître leurs ambitions". (Belga)

Voici quelques-unes de leurs réactions. Anna Marriott, de l'ONG Oxfam: "Si le mieux que puissent faire les dirigeants du G7 est de donner un milliard de doses, alors ce sommet aura été un échec. Il est admis que le monde aura besoin de 11 milliards de doses pour en finir avec la pandémie". "Le partage de doses est une partie de la solution si c'est immédiatement fait, mais la charité ne résoudra pas le problème colossal de la fourniture de vaccins (...). Le G7 devrait briser les monopoles et insister sur le fait que le savoir-faire et la science de vaccins soient partagés avec des fabricants qualifiés partout dans le monde". Jane Halton, co-présidente de Covax: "Je suis vraiment reconnaissante que nous ayons un engagement du G7 à donner un nombre de doses significatif, y compris via le programme Covax. Nous avons appelé à cibler les populations vulnérables dans le monde. Si nous obtenons un milliard de doses à la fin, ce sera vraiment très bienvenu", a déclaré la responsable de la structure de mise à disposition internationale des vaccins, sur Times Radio. Matshidiso Moeti, directrice régionale Afrique pour l'OMS:"La plupart de nos populations vulnérables restent dangereusement exposées au Covid 19 (...), donc les pays qui le peuvent doivent partager urgemment les vaccins. C'est une question de vie ou de mort pour l'Afrique". "Nous voyons les nations prospères commencer à passer des promesses aux actes", a-t-elle jugé. Zoe Abrams, directrice exécutive de la Croix Rouge britannique: "Chaque promesse doit être bienvenue, mais plus doit être fait, et vite". Alex Harris, de la fondation WELLCOME: "Ce dont le monde a besoin, ce sont des vaccins maintenant, pas plus tard. En ce moment historique, le G7 doit montrer le leadership nécessaire face à la crise. Nous exhortons les dirigeants du G7 à accroître leurs ambitions". (Belga)