L'ascension de Jean-Luc Mélenchon gêne un peu, au sommet du PS belge. C'est que le président Di Rupo et son successeur putatif Paul Magnette ...

L'ascension de Jean-Luc Mélenchon gêne un peu, au sommet du PS belge. C'est que le président Di Rupo et son successeur putatif Paul Magnette parrainent avec enthousiasme Benoît Hamon, le premier a introduit son discours de Bruxelles, le second celui de Paris-Bercy. Résultat ? Difficile de faire s'exprimer des socialistes en faveur du candidat de La France insoumise, y compris lorsqu'ils le préfèrent à Hamon. Comme ce Wallon, parlementaire fort connu qui " aimerait bien mais qui voudrait faire passer un dossier chez le président, et vous savez comment il peut être susceptible ". Ou ce fédéral, qui " pourrait en parler mais pas comme ça tout de suite ". Trop soumis pour être complètement insoumis ?