L'enregistrement de l'interview a été confisqué, a indiqué Daniel Coronell, rédacteur en chef d'Univision, sur Twitter, supposant que les autorités n'avaient pas apprécié les questions que posait Jorge Ramos. L'incident a eu lieu au palais de Miraflores, la résidence présidentielle, à Caracas, a-t-il précisé. "Nous condamnons les actes de violence de l'usurpateur contre le journaliste Jorge Ramos et son équipe d'Univision", a commenté le président intérimaire autoproclamé Juan Guaido sur Twitter, faisant apparemment référence à Nicolas Maduro. "Le désespoir de l'usurpateur devient plus évident chaque jour, puisqu'il ne peut pas répondre aux questions", a-t-il ajouté. S'exprimant après sa libération, le journaliste a déclaré sur la chaîne qui l'emploie que l'entretien a été arrêté quand il a montré à Maduro des images de Vénézuéliens mangeant de la nourriture provenant d'un camion poubelle. Son équipe et lui ont été détenus pendant deux heures et demie dans une pièce sans lumière alors que leurs appareils photo et téléphones portables étaient confisqué, a raconté Jorge Ramos. (Belga)

L'enregistrement de l'interview a été confisqué, a indiqué Daniel Coronell, rédacteur en chef d'Univision, sur Twitter, supposant que les autorités n'avaient pas apprécié les questions que posait Jorge Ramos. L'incident a eu lieu au palais de Miraflores, la résidence présidentielle, à Caracas, a-t-il précisé. "Nous condamnons les actes de violence de l'usurpateur contre le journaliste Jorge Ramos et son équipe d'Univision", a commenté le président intérimaire autoproclamé Juan Guaido sur Twitter, faisant apparemment référence à Nicolas Maduro. "Le désespoir de l'usurpateur devient plus évident chaque jour, puisqu'il ne peut pas répondre aux questions", a-t-il ajouté. S'exprimant après sa libération, le journaliste a déclaré sur la chaîne qui l'emploie que l'entretien a été arrêté quand il a montré à Maduro des images de Vénézuéliens mangeant de la nourriture provenant d'un camion poubelle. Son équipe et lui ont été détenus pendant deux heures et demie dans une pièce sans lumière alors que leurs appareils photo et téléphones portables étaient confisqué, a raconté Jorge Ramos. (Belga)