Le guichet traditionnel de Houthalen reste ouvert, mais le citoyen peut s'adresser au guichet virtuel pour des plaintes ou des déclarations de vol ou cambriolage. La technologie est mise au point par Teleportel et le projet constitue une première dans le secteur public. Il est possible de scanner, imprimer et signer des documents de part et d'autre. L'entretien se fait via le réseau local (LAN) de la police et est donc tout à fait sûr.

Bien que l'agent en trois dimensions se trouve en réalité dans le commissariat de Genk, l'expérience se veut très réaliste. "L'accueil virtuel est facile à utiliser. La conversation se fait de manière très personnelle et réelle en raison de la technique 3D, qui permet un vrai échange de regards. C'est ce qui fait la différence avec des communications par Skype par exemple", a commenté le bourgmestre de Houthalen-Helchteren, Alain Yzermans.

Le système offre plusieurs avantages. Il permet une répartition des effectifs policiers plus efficace et améliore la qualité de traitement de la plainte. Le projet est mené en phase test jusqu'à la fin de l'année. Le bourgmestre de Genk, Wim Dries, n'exclut pas de l'étendre à d'autres sites.

Le guichet traditionnel de Houthalen reste ouvert, mais le citoyen peut s'adresser au guichet virtuel pour des plaintes ou des déclarations de vol ou cambriolage. La technologie est mise au point par Teleportel et le projet constitue une première dans le secteur public. Il est possible de scanner, imprimer et signer des documents de part et d'autre. L'entretien se fait via le réseau local (LAN) de la police et est donc tout à fait sûr. Bien que l'agent en trois dimensions se trouve en réalité dans le commissariat de Genk, l'expérience se veut très réaliste. "L'accueil virtuel est facile à utiliser. La conversation se fait de manière très personnelle et réelle en raison de la technique 3D, qui permet un vrai échange de regards. C'est ce qui fait la différence avec des communications par Skype par exemple", a commenté le bourgmestre de Houthalen-Helchteren, Alain Yzermans. Le système offre plusieurs avantages. Il permet une répartition des effectifs policiers plus efficace et améliore la qualité de traitement de la plainte. Le projet est mené en phase test jusqu'à la fin de l'année. Le bourgmestre de Genk, Wim Dries, n'exclut pas de l'étendre à d'autres sites.