Le 28 octobre dernier, cet homme avait appelé la chaîne anversoise afin de lui faire part d'un problème qu'il rencontrait avec son invalidité. N'ayant reçu aucune réponse, il a rappelé ultérieurement en affirmant qu'il allait enlever le fils de Bart De Wever lorsqu'il irait en excursion à Arnhem avec son école. Ce détail a permis de démasquer l'homme qui avait proféré cette menace, son fils fréquentant le même établissement. En octobre 2014, cet Anversois avait déjà été l'auteur d'une fausse alerte à la bombe devant le palais de justice de Bruxelles. Le ministère public a requis deux ans de prison et 600 euros d'amende à son encontre. Jugement le 13 mai. (Belga)