Selon les chiffres les plus récents, il y a déjà trop peu de personnel au sein de la police. Il en manque en effet 1.500 pour la locale et 2.000 pour la fédérale. "Cette pénurie ne fait que s'aggraver", explique Nico Paelinck, qui est également chef de corps de la zone Westkust (Nieuport - Coxyde - La Panne). Il dénonce le budget insuffisant pour le recrutement de policiers en 2020. "Il y a de l'argent pour 800 nouveaux collaborateurs. Mais, chaque année, au moins 1.400 de nos collègues prennent leur retraite ou changent d'emploi. Cela signifie donc encore 600 personnes en moins. Bien sûr, cela aura un effet sur le fonctionnement. Ce nouveau déficit - en plus du manque déjà existant - est une véritable atteinte à notre sécurité." Le président de la Commission permanente de la police locale prévoit que les conséquences se feront sentir d'ici un an et demi. "De nombreux services qui sont maintenant pratiquement vides continueront de se vider", met-il en garde. Selon ce responsable, le problème a été soulevé au plus haut niveau. "Mais ils se cachent derrière un gouvernement en affaires courantes." (Belga)

Selon les chiffres les plus récents, il y a déjà trop peu de personnel au sein de la police. Il en manque en effet 1.500 pour la locale et 2.000 pour la fédérale. "Cette pénurie ne fait que s'aggraver", explique Nico Paelinck, qui est également chef de corps de la zone Westkust (Nieuport - Coxyde - La Panne). Il dénonce le budget insuffisant pour le recrutement de policiers en 2020. "Il y a de l'argent pour 800 nouveaux collaborateurs. Mais, chaque année, au moins 1.400 de nos collègues prennent leur retraite ou changent d'emploi. Cela signifie donc encore 600 personnes en moins. Bien sûr, cela aura un effet sur le fonctionnement. Ce nouveau déficit - en plus du manque déjà existant - est une véritable atteinte à notre sécurité." Le président de la Commission permanente de la police locale prévoit que les conséquences se feront sentir d'ici un an et demi. "De nombreux services qui sont maintenant pratiquement vides continueront de se vider", met-il en garde. Selon ce responsable, le problème a été soulevé au plus haut niveau. "Mais ils se cachent derrière un gouvernement en affaires courantes." (Belga)