Selon les derniers chiffres du SPF sécurité sociale, le risque de pauvreté, qui survient lorsqu'une personne gagne moins de 60% du revenu médian belge, atteint 21,8% en Wallonie, soit plus d'une personne sur 5, et 16,4% à l'échelle du pays.

Pour y faire face, les CPAS sont en première ligne. "Nous demandons dès lors des solutions à la hauteur de nos besoins financiers", a poursuivi Alain Vaessen en pointant notamment la nécessaire neutralité budgétaire, pour les CPAS, des mesures prises au Fédéral.

Quant aux politiques annoncées par le nouveau gouvernement wallon dans sa déclaration de politique régionale, "on a connu pire, mais nous restons attentifs" à la mise en oeuvre de ce qui a été promis, notamment en termes de consolidation des subsides régionaux, a ajouté le directeur général de la Fédération à l'adresse du ministre régional des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS).

En ouverture de l'assemblée générale, ce dernier avait notamment fait part de sa "volonté de prendre rendez-vous avec les CPAS vis-à-vis des engagements du gouvernement". "Nous devons travailler ensemble, y compris pour plaider, à d'autres niveaux de pouvoir, la juste cause des CPAS", avait-il assuré.

Selon les derniers chiffres du SPF sécurité sociale, le risque de pauvreté, qui survient lorsqu'une personne gagne moins de 60% du revenu médian belge, atteint 21,8% en Wallonie, soit plus d'une personne sur 5, et 16,4% à l'échelle du pays. Pour y faire face, les CPAS sont en première ligne. "Nous demandons dès lors des solutions à la hauteur de nos besoins financiers", a poursuivi Alain Vaessen en pointant notamment la nécessaire neutralité budgétaire, pour les CPAS, des mesures prises au Fédéral. Quant aux politiques annoncées par le nouveau gouvernement wallon dans sa déclaration de politique régionale, "on a connu pire, mais nous restons attentifs" à la mise en oeuvre de ce qui a été promis, notamment en termes de consolidation des subsides régionaux, a ajouté le directeur général de la Fédération à l'adresse du ministre régional des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS). En ouverture de l'assemblée générale, ce dernier avait notamment fait part de sa "volonté de prendre rendez-vous avec les CPAS vis-à-vis des engagements du gouvernement". "Nous devons travailler ensemble, y compris pour plaider, à d'autres niveaux de pouvoir, la juste cause des CPAS", avait-il assuré.