Mieux anticiper les changements climatiques et leurs effets sur le sol européen commence en effet par "davantage de collecte et de partage de données", pour modéliser plus intelligemment ces effets et leurs conséquences sanitaires, a précisé face aux journalistes le commissaire européen Frans Timmermans. Le Néerlandais, chargé du "Pacte vert européen" (Green Deal), a rappelé que le changement climatique se faisait déjà sentir très concrètement "dans chaque recoin d'Europe". A Bruxelles, tout récemment, le basculement soudain de températures négatives vers une météo très printanière nous l'a aussi montré, selon le commissaire. L'impact sanitaire du réchauffement climatique est déjà bien présent, lui aussi: "N'oublions pas que la vague de chaleur de 2019 était cette année-là l'évènement (naturel) le plus meurtrier au monde". Même si l'on cessait d'un coup toute émission de gaz à effet de serre, on continuerait de ressentir les effets du réchauffement global durant de longues années. Actuellement, on parle de pertes économiques annuelles de 12 milliards d'euros pour l'UE, dues aux phénomènes météorologiques extrêmes. Un chiffre qui devrait se multiplier dans les prochaines décennies si le réchauffement s'accentue. "Nous devons éviter le pire et nous préparer à ce qui est inévitable", résume le commissaire mercredi. Un premier pas sera d'améliorer la collecte systématique et complète, la qualité et l'échange des données sur les pertes liées aux catastrophes naturelles, entre autres, peut-on lire dans la communication de la Communication. "Une compréhension plus approfondie des risques liés au climat pour la santé et une plus grande capacité à les combattre" sont également nécessaires. La Commission va promouvoir l'usage de son "Risk data hub" et mettre parallèlement sur pied un observatoire du climat et de la santé au sein de Climate-ADAPT, plateforme européenne dédiée à l'adaptation au changement climatique, annonce-t-elle. A terme, toute politique, y compris au niveau macrobudgétaire, devrait pouvoir intégrer des considérations de résilience climatique. (Belga)

Mieux anticiper les changements climatiques et leurs effets sur le sol européen commence en effet par "davantage de collecte et de partage de données", pour modéliser plus intelligemment ces effets et leurs conséquences sanitaires, a précisé face aux journalistes le commissaire européen Frans Timmermans. Le Néerlandais, chargé du "Pacte vert européen" (Green Deal), a rappelé que le changement climatique se faisait déjà sentir très concrètement "dans chaque recoin d'Europe". A Bruxelles, tout récemment, le basculement soudain de températures négatives vers une météo très printanière nous l'a aussi montré, selon le commissaire. L'impact sanitaire du réchauffement climatique est déjà bien présent, lui aussi: "N'oublions pas que la vague de chaleur de 2019 était cette année-là l'évènement (naturel) le plus meurtrier au monde". Même si l'on cessait d'un coup toute émission de gaz à effet de serre, on continuerait de ressentir les effets du réchauffement global durant de longues années. Actuellement, on parle de pertes économiques annuelles de 12 milliards d'euros pour l'UE, dues aux phénomènes météorologiques extrêmes. Un chiffre qui devrait se multiplier dans les prochaines décennies si le réchauffement s'accentue. "Nous devons éviter le pire et nous préparer à ce qui est inévitable", résume le commissaire mercredi. Un premier pas sera d'améliorer la collecte systématique et complète, la qualité et l'échange des données sur les pertes liées aux catastrophes naturelles, entre autres, peut-on lire dans la communication de la Communication. "Une compréhension plus approfondie des risques liés au climat pour la santé et une plus grande capacité à les combattre" sont également nécessaires. La Commission va promouvoir l'usage de son "Risk data hub" et mettre parallèlement sur pied un observatoire du climat et de la santé au sein de Climate-ADAPT, plateforme européenne dédiée à l'adaptation au changement climatique, annonce-t-elle. A terme, toute politique, y compris au niveau macrobudgétaire, devrait pouvoir intégrer des considérations de résilience climatique. (Belga)