Le projet de la coopérative, qui compte une centaine d'éleveurs en bio ou en conventionné, est de parvenir à l'autonomie fourragère pour la production de viande. Cela nécessite notamment d'implanter en Belgique la culture de lin en vue de l'alimentation animale. Jusqu'ici l'essentiel du lin utilisé en Belgique pour l'alimentation animale provient du Canada. Par hectare, les deux agriculteurs ont récolté quelque 2,1 tonnes. Dans les mois précédant leur abattage, dans la période dite de finition, les bêtes consomment chacune environ quelque 20 kilos de lin. (Belga)

Le projet de la coopérative, qui compte une centaine d'éleveurs en bio ou en conventionné, est de parvenir à l'autonomie fourragère pour la production de viande. Cela nécessite notamment d'implanter en Belgique la culture de lin en vue de l'alimentation animale. Jusqu'ici l'essentiel du lin utilisé en Belgique pour l'alimentation animale provient du Canada. Par hectare, les deux agriculteurs ont récolté quelque 2,1 tonnes. Dans les mois précédant leur abattage, dans la période dite de finition, les bêtes consomment chacune environ quelque 20 kilos de lin. (Belga)