Le sexagénaire était sorti samedi pour aller s'occuper de son jardin, à Beniarbeig, dans la province d'Alicante dans le sud-est de l'Espagne, a relaté la Garde civile. Son fils, inquiet de ne pas le voir revenir, est allé le chercher et "il a découvert une scène horrible", selon le récit de la police: "le corps de l'homme, allongé, était lacéré de morsures" d'animaux. Les blessures sur ses jambes et ses bras laissaient penser qu'il avait beaucoup lutté avant de mourir. Les soupçons se sont finalement portés sur les chiens d'un voisin - issus de croisement entre pitbulls et bull terriers - qui avaient déjà été à l'origine de problèmes dans le passé. "Les chiens ne portaient pas de traces de sang mais les agents se sont rendus compte que l'un d'eux était mouillé, comme s'il venait d'être baigné, et leur propriétaire a affirmé qu'il était tombé dans la piscine", selon la Garde civile. Des prélévements d'ADN ont été effectués sur les chiens. "Si l'autopsie et les analyses ADN prouvaient que ces chiens ont causé la mort de l'homme de 66 ans, leur maître pourrait être poursuivi pour homicide par imprudence", a conclu la Garde civile. Les chiens ont été conduits à un refuge, où ils ont mordu un employé et détruit une cage où ils passaient la nuit. L'Espagne, comme de nombreux autres pays, encadre strictement la propriété des chiens présumés dangereux. Leurs propriétaires doivent passer des tests physiques et psychologiques pour assurer qu'ils ont la capacité de les maîtriser. Les chiens doivent être muselés dans les lieux publics et tenus avec des laisses courtes. (Belga)

Le sexagénaire était sorti samedi pour aller s'occuper de son jardin, à Beniarbeig, dans la province d'Alicante dans le sud-est de l'Espagne, a relaté la Garde civile. Son fils, inquiet de ne pas le voir revenir, est allé le chercher et "il a découvert une scène horrible", selon le récit de la police: "le corps de l'homme, allongé, était lacéré de morsures" d'animaux. Les blessures sur ses jambes et ses bras laissaient penser qu'il avait beaucoup lutté avant de mourir. Les soupçons se sont finalement portés sur les chiens d'un voisin - issus de croisement entre pitbulls et bull terriers - qui avaient déjà été à l'origine de problèmes dans le passé. "Les chiens ne portaient pas de traces de sang mais les agents se sont rendus compte que l'un d'eux était mouillé, comme s'il venait d'être baigné, et leur propriétaire a affirmé qu'il était tombé dans la piscine", selon la Garde civile. Des prélévements d'ADN ont été effectués sur les chiens. "Si l'autopsie et les analyses ADN prouvaient que ces chiens ont causé la mort de l'homme de 66 ans, leur maître pourrait être poursuivi pour homicide par imprudence", a conclu la Garde civile. Les chiens ont été conduits à un refuge, où ils ont mordu un employé et détruit une cage où ils passaient la nuit. L'Espagne, comme de nombreux autres pays, encadre strictement la propriété des chiens présumés dangereux. Leurs propriétaires doivent passer des tests physiques et psychologiques pour assurer qu'ils ont la capacité de les maîtriser. Les chiens doivent être muselés dans les lieux publics et tenus avec des laisses courtes. (Belga)