L'entreprise Vandenbussche de Tintigny est située dans la zone de confinement qui a été délimitée par les autorités après la découverte de carcasses de sangliers contaminés par la peste porcine africaine. Les porcelets euthanasiés ne présentaient aucun risque sanitaire, mais l'éleveur n'a pas eu d'autre choix, précise M. Hayez. L'exploitation d'engraissement à laquelle ils étaient destinés s'est désistée et aucun abattoir n'en a voulu. "La décision a été prise pour des raisons économiques, car il fallait nourrir les bêtes sans pouvoir les écouler. Par ailleurs, l'éleveur n'avait pas de place pour les garder ni les équipements nécessaires pour les engraisser", poursuit-il. L'abattage des porcelets a été exécuté dans le respect des normes, sous la supervision de l'Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Afsca). Celle-ci n'est cependant pas intervenue dans la décision de l'éleveur. A ce jour, aucun autre élevage n'aurait pris de décision similaire, selon la FWA et le cabinet du ministre wallon de l'Agriculture René Collin. Face à un secteur inquiet alors que 13 pays ont déjà suspendu - au moins partiellement - leurs importations de porcs belges, un numéro vert doit être activé ce vendredi pour les éleveurs de la filière porcine. Ils peuvent composer le 0470/84.18.67 pour toute question relative aux risques et mesures à adopter. (Belga)

L'entreprise Vandenbussche de Tintigny est située dans la zone de confinement qui a été délimitée par les autorités après la découverte de carcasses de sangliers contaminés par la peste porcine africaine. Les porcelets euthanasiés ne présentaient aucun risque sanitaire, mais l'éleveur n'a pas eu d'autre choix, précise M. Hayez. L'exploitation d'engraissement à laquelle ils étaient destinés s'est désistée et aucun abattoir n'en a voulu. "La décision a été prise pour des raisons économiques, car il fallait nourrir les bêtes sans pouvoir les écouler. Par ailleurs, l'éleveur n'avait pas de place pour les garder ni les équipements nécessaires pour les engraisser", poursuit-il. L'abattage des porcelets a été exécuté dans le respect des normes, sous la supervision de l'Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Afsca). Celle-ci n'est cependant pas intervenue dans la décision de l'éleveur. A ce jour, aucun autre élevage n'aurait pris de décision similaire, selon la FWA et le cabinet du ministre wallon de l'Agriculture René Collin. Face à un secteur inquiet alors que 13 pays ont déjà suspendu - au moins partiellement - leurs importations de porcs belges, un numéro vert doit être activé ce vendredi pour les éleveurs de la filière porcine. Ils peuvent composer le 0470/84.18.67 pour toute question relative aux risques et mesures à adopter. (Belga)