"L'un des parcs des réservoirs pétroliers du port de Ras Tanoura dans la région orientale, un des plus grands ports de transport de pétrole au monde, a été attaqué ce matin par un drone venant de la mer", a indiqué le ministère dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle saoudienne SPA. Plus tard dimanche, "des éclats d'obus provenant d'un missile balistique sont tombés près du quartier résidentiel de Saudi Aramco dans la ville de Dahran, où vivent des milliers d'employés de l'entreprise et leurs familles", a précisé le communiqué. Les attaques n'ont pas fait de victimes ni de dégâts, a ajouté le ministère, sans identifier les responsables. Mais les rebelles yéménites Houthis ont affirmé avoir lancé des drones et tiré des missiles sur Ras Tanoura et sur des cibles militaires dans la ville de Dammam, proche de Dahran. Plus tôt dimanche, la coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite a lancé des frappes aériennes sur Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée par les Houthis, après avoir intercepté une vague de drones et de missiles lancés par les rebelles soutenus par l'Iran, selon SPA. Cette recrudescence des violences intervient alors que l'administration américaine de Joe Biden a exhorté les Houthis à la désescalade après les avoir retirés de la liste des "organisations terroristes" pour ne pas entraver, selon elle, l'acheminement de l'aide humanitaire au Yémen. (Belga)

"L'un des parcs des réservoirs pétroliers du port de Ras Tanoura dans la région orientale, un des plus grands ports de transport de pétrole au monde, a été attaqué ce matin par un drone venant de la mer", a indiqué le ministère dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle saoudienne SPA. Plus tard dimanche, "des éclats d'obus provenant d'un missile balistique sont tombés près du quartier résidentiel de Saudi Aramco dans la ville de Dahran, où vivent des milliers d'employés de l'entreprise et leurs familles", a précisé le communiqué. Les attaques n'ont pas fait de victimes ni de dégâts, a ajouté le ministère, sans identifier les responsables. Mais les rebelles yéménites Houthis ont affirmé avoir lancé des drones et tiré des missiles sur Ras Tanoura et sur des cibles militaires dans la ville de Dammam, proche de Dahran. Plus tôt dimanche, la coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite a lancé des frappes aériennes sur Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée par les Houthis, après avoir intercepté une vague de drones et de missiles lancés par les rebelles soutenus par l'Iran, selon SPA. Cette recrudescence des violences intervient alors que l'administration américaine de Joe Biden a exhorté les Houthis à la désescalade après les avoir retirés de la liste des "organisations terroristes" pour ne pas entraver, selon elle, l'acheminement de l'aide humanitaire au Yémen. (Belga)