Le 23 octobre 2015, Salah Abdeslam arbore l'emblème du groupe Etat islamique sur son site. Malgré un avertissement de l'Ocam, aucune réaction, ni du côté de la police ni de celui des renseignements, n'avait été enregistrée. De plus, toujours selon la RTBF, un informateur de la police de Molenbeek avait livré dès janvier 2015 de bonnes informations sur des liens entre Abaaoud, chef présumé de la cellule terroriste de Verviers, et Salah Abdeslam. En juin, ce dernier créait aussi une page Facebook avec un nom de guerre, mais le magistrat fédéral qui avait ouvert l'information judiciaire en janvier l'avait entre-temps déjà refermée.

Le 23 octobre 2015, Salah Abdeslam arbore l'emblème du groupe Etat islamique sur son site. Malgré un avertissement de l'Ocam, aucune réaction, ni du côté de la police ni de celui des renseignements, n'avait été enregistrée. De plus, toujours selon la RTBF, un informateur de la police de Molenbeek avait livré dès janvier 2015 de bonnes informations sur des liens entre Abaaoud, chef présumé de la cellule terroriste de Verviers, et Salah Abdeslam. En juin, ce dernier créait aussi une page Facebook avec un nom de guerre, mais le magistrat fédéral qui avait ouvert l'information judiciaire en janvier l'avait entre-temps déjà refermée.