Membre de la commission des Finances, M. Leyesen a exprimé son inquiétude sur la situation budgétaire dont héritera le prochain gouvernement. "Je pense que l'effort est sérieusement sous-estimé", a-t-il expliqué au lendemain d'une réunion de l'informateur Paul Magnette avec les six partis de l'arc-en-ciel consacrée au budget. Selon lui, l'Open Vld ne doit pas "tomber dans le piège d'une coalition en particulier". Lundi, M. Magnette fera un nouveau rapport au roi, et sans doute le dernier. Certains plaident en faveur d'une mission qui serait confiée à M. De Wever après celle accomplie par le président du PS plutôt que d'entamer une formation ou une préformation dans une configuration arc-en-ciel. M. Leysen soutient le premier camp. "Je ne vois pas de raison de ne pas le faire", a-t-il dit. Le nom de la présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, comme future Première ministre est souvent cité même si l'intéressée nie qu'elle a reçu une telle offre. Le parti ne profiterait pas d'un tel scénario, estime M. Leysen: il y a toujours un prix à payer et il s'agit d'une "coalition dominée par la gauche". M. Beke veut lui aussi envoyer le président de la N-VA au feu. "La N-VA a un million d'électeurs, le PS en a 640.000. Il me semble logique que la N-VA puisse avoir l'initiative de former un gouvernement", a-t-il indiqué. L'ex-président du CD&V prend acte d'une nouvelle réunion dans une configuration arc-en-ciel, sans son parti. "On ne peut pas dire qu'il s'agit simplement d'échanger des points de vue. On n'en est plus à regarder ce que le cuisinier propose, on choisit le menu", a-t-il fait remarquer. Pendant des mois, le monde politique a été d'une grande discrétion à propos consultations et réunions qui ont eu lieu pour tenter de former un gouvernement. Depuis quelques jours, les fuites à propos des notes de M. Magnette se multiplient. "Toutes ces fuites ne me paraissent pas être de nature à consolider ou à rétablir la confiance", a jugé M. Beke. (Belga)

Membre de la commission des Finances, M. Leyesen a exprimé son inquiétude sur la situation budgétaire dont héritera le prochain gouvernement. "Je pense que l'effort est sérieusement sous-estimé", a-t-il expliqué au lendemain d'une réunion de l'informateur Paul Magnette avec les six partis de l'arc-en-ciel consacrée au budget. Selon lui, l'Open Vld ne doit pas "tomber dans le piège d'une coalition en particulier". Lundi, M. Magnette fera un nouveau rapport au roi, et sans doute le dernier. Certains plaident en faveur d'une mission qui serait confiée à M. De Wever après celle accomplie par le président du PS plutôt que d'entamer une formation ou une préformation dans une configuration arc-en-ciel. M. Leysen soutient le premier camp. "Je ne vois pas de raison de ne pas le faire", a-t-il dit. Le nom de la présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, comme future Première ministre est souvent cité même si l'intéressée nie qu'elle a reçu une telle offre. Le parti ne profiterait pas d'un tel scénario, estime M. Leysen: il y a toujours un prix à payer et il s'agit d'une "coalition dominée par la gauche". M. Beke veut lui aussi envoyer le président de la N-VA au feu. "La N-VA a un million d'électeurs, le PS en a 640.000. Il me semble logique que la N-VA puisse avoir l'initiative de former un gouvernement", a-t-il indiqué. L'ex-président du CD&V prend acte d'une nouvelle réunion dans une configuration arc-en-ciel, sans son parti. "On ne peut pas dire qu'il s'agit simplement d'échanger des points de vue. On n'en est plus à regarder ce que le cuisinier propose, on choisit le menu", a-t-il fait remarquer. Pendant des mois, le monde politique a été d'une grande discrétion à propos consultations et réunions qui ont eu lieu pour tenter de former un gouvernement. Depuis quelques jours, les fuites à propos des notes de M. Magnette se multiplient. "Toutes ces fuites ne me paraissent pas être de nature à consolider ou à rétablir la confiance", a jugé M. Beke. (Belga)