Selon la police indienne, un demi-million de personnes ont pris part à cette manifestation, la plus grande organisée ces derniers mois par les paysans indiens contre un ensemble de trois lois qui, selon le gouvernement, vise à "moderniser" le marché agricole indin. Les paysans redoutent, eux, que ces nouvelles dispositions portant sur le stockage et la commercialisation des récoltes profitent surtout aux grandes entreprises, face auxquels les petits paysans pèsent bien peu. L'agriculture assure la subsistance d'un peu plus de la moitié de la population de l'Inde, forte de 1,3 milliard d'habitants, et compte pour 15% du PIB national. Les manifestants entendaient aussi protester contre les violences policières subies dans l'état d'Haryana le 28 août dernier où la police avait chargé un groupe de paysans qui bloquaient une voie rapide. Dix personnes avaient alors été blessées. En janvier, des affrontements entre manifestants et policiers à New Delhi avaient fait un mort dans le camp des paysans. Quatre cents agents avaient également été blessés. Déterminées à aller jusqu'au bout, les organisations paysannes envisagent à présent un blocage complet du pays à la fin de ce mois de septembre. Selon Balbir Singh Rajewal, un des leaders paysans, le rassemblement massif de dimanche doit être vu comme un avertissement au Premier ministre Modi, et son parti Bharatiya Janata qui se présentera l'année prochaine aux élections régionales dans l'état de l'Uttar Pradesh. En Inde, les élections régionales sont généralement vues comme un baromètre de la popularité du gouvernement fédéral. "Notre message est très clair. Ou bien les lois sont retirés, ou bien le parti perdra les élections locales", a averti M. Rajewal. (Belga)

Selon la police indienne, un demi-million de personnes ont pris part à cette manifestation, la plus grande organisée ces derniers mois par les paysans indiens contre un ensemble de trois lois qui, selon le gouvernement, vise à "moderniser" le marché agricole indin. Les paysans redoutent, eux, que ces nouvelles dispositions portant sur le stockage et la commercialisation des récoltes profitent surtout aux grandes entreprises, face auxquels les petits paysans pèsent bien peu. L'agriculture assure la subsistance d'un peu plus de la moitié de la population de l'Inde, forte de 1,3 milliard d'habitants, et compte pour 15% du PIB national. Les manifestants entendaient aussi protester contre les violences policières subies dans l'état d'Haryana le 28 août dernier où la police avait chargé un groupe de paysans qui bloquaient une voie rapide. Dix personnes avaient alors été blessées. En janvier, des affrontements entre manifestants et policiers à New Delhi avaient fait un mort dans le camp des paysans. Quatre cents agents avaient également été blessés. Déterminées à aller jusqu'au bout, les organisations paysannes envisagent à présent un blocage complet du pays à la fin de ce mois de septembre. Selon Balbir Singh Rajewal, un des leaders paysans, le rassemblement massif de dimanche doit être vu comme un avertissement au Premier ministre Modi, et son parti Bharatiya Janata qui se présentera l'année prochaine aux élections régionales dans l'état de l'Uttar Pradesh. En Inde, les élections régionales sont généralement vues comme un baromètre de la popularité du gouvernement fédéral. "Notre message est très clair. Ou bien les lois sont retirés, ou bien le parti perdra les élections locales", a averti M. Rajewal. (Belga)