Dans le détail, un conducteur sur 8 (13%) ne sait pas que lorsqu'il roule sur la bande intérieure d'un rond-point, il doit céder la priorité à ceux qui circulent sur la bande extérieure en le quittant. Un conducteur sur cinq (21%) ignore par ailleurs qu'en quittant une telle infrastructure routière, il doit céder la priorité aux piétons qui traversent. L'étude met également en lumière que 2% des conducteurs croient que la règle de droite est d'application et 13% d'entre eux pensent qu'il est obligatoire de marquer un temps d'arrêt avant d'y entrer. À Bruxelles, il s'agit même d'un conducteur sur 5 (20%). Un conducteur sur sept (14%) met en outre son clignotant en entrant dans un rond-point, surtout chez les plus de 35 ans. Par ailleurs, 13% des conducteurs croient qu'ils doivent tout le temps serrer leur droite. Enfin, seulement une personne sur trois (35%) parvient à identifier un rond-point. Les Bruxellois (47%) sont de meilleurs élèves que les Wallons (39%) et surtout que les Flamands (30,4%). Les ronds-points provoquent chaque année 500 accidents avec tués et/ou blessés et de multiples accrochages, ce qui représente 1,2% de l'ensemble des accidents de la route. "Il s'agit d'un des sujets du code de la route pour lequel nous sommes le plus sollicités par les usagers alors que les règles dans les ronds-points sont entrées en vigueur il y a 20 ans, le 1er octobre 1997", commente Benoit Godart, porte-parole de l'institut Vias. Un petit film a été réalisé afin de rappeler la bonne manière d'aborder un rond-point. Il est visible sur YouTube: https://youtu.be/w_UiK3NVHKk. L'enquête a été menée par iVox pour l'institut Vias sur un échantillon représentatif de la population de 1.001 Belges. (Belga)

Dans le détail, un conducteur sur 8 (13%) ne sait pas que lorsqu'il roule sur la bande intérieure d'un rond-point, il doit céder la priorité à ceux qui circulent sur la bande extérieure en le quittant. Un conducteur sur cinq (21%) ignore par ailleurs qu'en quittant une telle infrastructure routière, il doit céder la priorité aux piétons qui traversent. L'étude met également en lumière que 2% des conducteurs croient que la règle de droite est d'application et 13% d'entre eux pensent qu'il est obligatoire de marquer un temps d'arrêt avant d'y entrer. À Bruxelles, il s'agit même d'un conducteur sur 5 (20%). Un conducteur sur sept (14%) met en outre son clignotant en entrant dans un rond-point, surtout chez les plus de 35 ans. Par ailleurs, 13% des conducteurs croient qu'ils doivent tout le temps serrer leur droite. Enfin, seulement une personne sur trois (35%) parvient à identifier un rond-point. Les Bruxellois (47%) sont de meilleurs élèves que les Wallons (39%) et surtout que les Flamands (30,4%). Les ronds-points provoquent chaque année 500 accidents avec tués et/ou blessés et de multiples accrochages, ce qui représente 1,2% de l'ensemble des accidents de la route. "Il s'agit d'un des sujets du code de la route pour lequel nous sommes le plus sollicités par les usagers alors que les règles dans les ronds-points sont entrées en vigueur il y a 20 ans, le 1er octobre 1997", commente Benoit Godart, porte-parole de l'institut Vias. Un petit film a été réalisé afin de rappeler la bonne manière d'aborder un rond-point. Il est visible sur YouTube: https://youtu.be/w_UiK3NVHKk. L'enquête a été menée par iVox pour l'institut Vias sur un échantillon représentatif de la population de 1.001 Belges. (Belga)