M. Salvini, qui est aussi le patron de la Ligue (extrême droite) avait expliqué lundi soir lors d'une interview télévisée qu'il comptait procéder à un tel recensement afin d'évaluer la possibilité d'expulser ceux de nationalité étrangère qui se trouveraient en situation irrégulière. "Les Roms italiens, malheureusement, tu dois te les garder à la maison", avait-il ajouté. Ces propos ont soulevé une vague d'indignation dans la péninsule italique. Interrogé sur le sujet, un porte-parole de la Commission européenne a refusé de commenter les propos tenus par le sulfureux ministre italien. Après avoir esquivé plusieurs questions de journalistes, il a toutefois rappelé qu'un citoyen européen ne pouvait pas être expulsé sur la base de critères ethniques. (Belga)

M. Salvini, qui est aussi le patron de la Ligue (extrême droite) avait expliqué lundi soir lors d'une interview télévisée qu'il comptait procéder à un tel recensement afin d'évaluer la possibilité d'expulser ceux de nationalité étrangère qui se trouveraient en situation irrégulière. "Les Roms italiens, malheureusement, tu dois te les garder à la maison", avait-il ajouté. Ces propos ont soulevé une vague d'indignation dans la péninsule italique. Interrogé sur le sujet, un porte-parole de la Commission européenne a refusé de commenter les propos tenus par le sulfureux ministre italien. Après avoir esquivé plusieurs questions de journalistes, il a toutefois rappelé qu'un citoyen européen ne pouvait pas être expulsé sur la base de critères ethniques. (Belga)