Tant les parties civiles que le ministère public se sont prononcés en faveur de l'acquittement du médecin traitant. "Les débats ont montré qu'il n'a pas rédigé d'avis dans le cadre de la loi sur l'euthanasie. Sa signature a été utilisée de manière abusive", a pointé l'avocat. "Mon client est soulagé que tout le monde le sache mais garde un sentiment amer quant aux effets dévastateurs de cette procédure. (...) L'enquête n'a pas été menée correctement." Me Thiebaut a décrit son client comme "un homme bien, un bon docteur". "Un vrai médecin, une oreille attentive. Quelqu'un qui était toujours disponible pour Tine. (...) Savait-il pour l'euthanasie? Non. Le voulait-il? Non." "Tine Nys lui a demandé de préparer une note pour que le dossier soit en ordre sur le plan administratif et X (nom du médecin qui a exécuté l'euthanasie, NDLR.), est venu la récupérer. Il ne savait pas ce qui allait se produire plus tard ce jour-là (27 avril 2010, NDLR.). Il avait rendez-vous le 30 avril avec Tine et il a trouvé ce matin-là le faire-part de décès dans sa boîte aux lettres. Depuis, il est sous le choc. (...) Je demande au jury: s'il vous plaît, rendez-lui sa conscience." La plaidoirie de Me Jef Vermassen et des trois autres avocats du dernier accusé se poursuivront jeudi. Viendront ensuite les répliques puis le dernier mots aux accusés, avant la délibération. L'arrêt sur la culpabilité devrait tomber jeudi soir ou dans la nuit de jeudi à vendredi. (Belga)

Tant les parties civiles que le ministère public se sont prononcés en faveur de l'acquittement du médecin traitant. "Les débats ont montré qu'il n'a pas rédigé d'avis dans le cadre de la loi sur l'euthanasie. Sa signature a été utilisée de manière abusive", a pointé l'avocat. "Mon client est soulagé que tout le monde le sache mais garde un sentiment amer quant aux effets dévastateurs de cette procédure. (...) L'enquête n'a pas été menée correctement." Me Thiebaut a décrit son client comme "un homme bien, un bon docteur". "Un vrai médecin, une oreille attentive. Quelqu'un qui était toujours disponible pour Tine. (...) Savait-il pour l'euthanasie? Non. Le voulait-il? Non." "Tine Nys lui a demandé de préparer une note pour que le dossier soit en ordre sur le plan administratif et X (nom du médecin qui a exécuté l'euthanasie, NDLR.), est venu la récupérer. Il ne savait pas ce qui allait se produire plus tard ce jour-là (27 avril 2010, NDLR.). Il avait rendez-vous le 30 avril avec Tine et il a trouvé ce matin-là le faire-part de décès dans sa boîte aux lettres. Depuis, il est sous le choc. (...) Je demande au jury: s'il vous plaît, rendez-lui sa conscience." La plaidoirie de Me Jef Vermassen et des trois autres avocats du dernier accusé se poursuivront jeudi. Viendront ensuite les répliques puis le dernier mots aux accusés, avant la délibération. L'arrêt sur la culpabilité devrait tomber jeudi soir ou dans la nuit de jeudi à vendredi. (Belga)