Quelque 122,6 millions de personnes vivant dans l'Union européenne (soit 24,5% de la population totale) étaient menacées de pauvreté ou d'exclusion sociale en 2013, indique mardi Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne. Ce taux est légèrement en baisse par rapport à 2012 (24,8%) mais supérieur à celui de 2008 (23,8%).

D'après Eurostat, les personnes menacées de pauvreté ou d'exclusion sociale sont affectées par au moins une de ces trois conditions: elle sont en risque de pauvreté après transferts sociaux (pauvreté monétaire), en situation de privation matérielle sévère ou vivant dans des ménages à très faible intensité de travail.

L'année dernière, la proportion de la population menacée de pauvreté ou d'exclusion sociale dépassait les 33% dans cinq Etats membres: en Bulgarie (48,0%), Roumanie (40,4%), Grèce (35,7%), Lettonie (35,1%) et Hongrie (33,5%). Les taux les plus faibles étaient enregistrés en République tchèque (14,6%), aux Pays-Bas (15,9%), en Finlande (16,0%) et en Suède (16,4%). En 2013, la Belgique faisait par ailleurs partie des cinq Etats membres affichant les plus fortes proportions de personnes vivant dans des ménages à très faible intensité de travail (14%). La réduction du nombre de personnes confrontées au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'UE est l'un des objectifs clés de la stratégie Europe 2020, rappelle Eurostat.