D'après l'enquête d'opinion, une majorité de la population juge que la Belgique accueille trop de demandeurs d'asile et de réfugiés (56%), prône le rapatriement des réfugiés arrivés illégalement même s'ils proviennent de pays dictatoriaux (49%) et veut interdire l'hébergement citoyen des réfugiés en situation illégale (49%).

L'enfermement des enfants avec leurs parents dans l'attente de leur expulsion est davantage contesté, puisque seuls 43% l'approuvent (contre 42% d'opposants et 15% d'avis mitigés).

Plus généralement, six Belges sur dix ont le sentiment que "nous allons vraiment être de plus en plus envahis" face à l'afflux de migrants qui traversent la Méditerranée. Mais ils surestiment largement la proportion de réfugiés accueillis: seuls 13% des personnes interrogées indiquent un pourcentage proche de la réalité, soit de 0,1% à 1% de la population européenne, souligne Sudpresse. Au Liban, les réfugiés représentent près de 30% de la population, relève Le Soir à titre de comparaison.

Le droit international oblige la Belgique à protéger sur son territoire les personnes qui bénéficient du statut de réfugié en raison des risques qu'ils encourent dans leur pays.

Pour le sociologue Benoît Scheuer, qui a dirigé l'étude, celle-ci confirme que la société est profondément divisée, avec une opposition frontale entre d'un côté les "abandonnés", marqués par le repli sur soi et une défiance absolue vis-à-vis des institutions, et de l'autre les "renaissants", également antisystème mais avec une approche beaucoup plus ouverte.

Le sondage a été réalisé sur la base d'un échantillon représentatif de 801 personnes, qui ont été questionnées début septembre.