Lorsque toutes les personnes qui courent un risque élevé de se retrouver à l'hôpital auront été vaccinées, il devrait alors être possible de supprimer progressivement les mesures strictes décrétées par les autorités depuis un an, a-t-il indiqué lors de l'émission De Zevende Dag sur la VRT-télévision.

M. Jambon (N-VA) a jugé trop hâtive la date du 1er mars comme date de relâchement des mesures, alors qu'elle correspond à la réouverture des métiers de contact non-médicaux autres que les coiffeurs et les barbiers. "Ce que nous avons dit lors du dernier comité de concertation (vendredi, ndlr), c'est d'examiner de plus près le redémarrage par étapes pour divers secteurs lors de la prochaine réunion" du comité de concertation, le 23 février, a-t-il dit. "Cela peut offrir une certaine perspective. Mais tant que ces chiffres sont à ce niveau, ce n'est pas assez bon pour l'assouplissement", a ajouté le ministre-président.

Il estime toujours que la vaccination de masse en Flandre pourra débuter le 1er mars. "Si nous recevons ensuite des vaccins en grand nombre, cela peut aller rapidement", a-t-il souligné.

M. Jambon a par ailleurs exclu que son gouvernement prenne des mesures de soutien supplémentaires pour les secteurs économiques touchés par les mesures destinées à réduire la propagation du coronavirus. "Tant que le secteur de la restauration restera fermé, il y aura des mesures de soutien, vous ne pouvez pas revenir en arrière. Mais entre-temps, nous avons atteint près d'un demi-milliard pour le secteur de la restauration et près de deux milliards pour l'ensemble du monde des affaires. À long terme, nous devrons rembourser tout cela ensemble", a-t-il dit.

Lorsque toutes les personnes qui courent un risque élevé de se retrouver à l'hôpital auront été vaccinées, il devrait alors être possible de supprimer progressivement les mesures strictes décrétées par les autorités depuis un an, a-t-il indiqué lors de l'émission De Zevende Dag sur la VRT-télévision. M. Jambon (N-VA) a jugé trop hâtive la date du 1er mars comme date de relâchement des mesures, alors qu'elle correspond à la réouverture des métiers de contact non-médicaux autres que les coiffeurs et les barbiers. "Ce que nous avons dit lors du dernier comité de concertation (vendredi, ndlr), c'est d'examiner de plus près le redémarrage par étapes pour divers secteurs lors de la prochaine réunion" du comité de concertation, le 23 février, a-t-il dit. "Cela peut offrir une certaine perspective. Mais tant que ces chiffres sont à ce niveau, ce n'est pas assez bon pour l'assouplissement", a ajouté le ministre-président. Il estime toujours que la vaccination de masse en Flandre pourra débuter le 1er mars. "Si nous recevons ensuite des vaccins en grand nombre, cela peut aller rapidement", a-t-il souligné. M. Jambon a par ailleurs exclu que son gouvernement prenne des mesures de soutien supplémentaires pour les secteurs économiques touchés par les mesures destinées à réduire la propagation du coronavirus. "Tant que le secteur de la restauration restera fermé, il y aura des mesures de soutien, vous ne pouvez pas revenir en arrière. Mais entre-temps, nous avons atteint près d'un demi-milliard pour le secteur de la restauration et près de deux milliards pour l'ensemble du monde des affaires. À long terme, nous devrons rembourser tout cela ensemble", a-t-il dit.